-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Sahara occidental : La volte-face de David Schenker

Sahara occidental : La volte-face de David Schenker

Les Etats-Unis ont ouvert ce dimanche une représentation au Sahara occidental, à Dakhla précisément. Cette décision contredit largement les propos du sous-secrétaire d’Etat adjoint américain chargé des questions du Proche-Orient, David Schenker, tenus, jeudi dernier à Alger, sur les informations relayées par des médias marocains faisant état de l’intention de Washington d’établir une base militaire au Sahara occidental.

S’exprimant lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’ambassade américaine à Alger, en marge de sa visite en Algérie, Schenker a déclaré : «Je tiens à être très clair : les Etats-Unis ne sont pas en passe d’établir une base américaine au Sahara occidental», précisant que «le commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom) n’a pas évoqué le transfert de son siège au Sahara occidental».

Il s’agit d’une information «infondée» qui a suscité beaucoup de questions récemment, suite aux informations relayées par plusieurs médias, notamment marocains, a-t-il soutenu. Le président US sortant, Donald Trump, au mépris de la position de la communauté internationale – l’ONU considère le Sahara occidental comme «un territoire autonome» dans l’attente d’un statut définitif – vis-à-vis du droit du peuple sahraoui à choisir son destin ainsi que celles, tranchées, d’éminentes personnalités politiques, y compris de son propre parti, avait annoncé la reconnaissance de “la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental”.

Un oukase pour lequel ses équipes ont déployé «au pas de charge, les dispositions de l’accord qui a fait du Maroc le quatrième pays à normaliser ses relations avec Israël – après les Emirats arabes unis, le Bahreïn et le Soudan -, tout en légitimant sa présence au Sahara occidental», relève l’agence qui précise que la représentation sera installée à Dakhla, port de pêche situé dans le sud du Sahara occidental, destiné à devenir un «hub maritime régional» desservant l’Afrique et les Canaries grâce à un projet colossal de développement lancé par Rabat.

C’est ce même secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, qui présidera l’événement. «Un geste diplomatique fort» destiné à concrétiser la nouvelle carte du Maroc intégrant le Sahara occidental, telle qu’adoptée dans le cadre de l’accord tripartite signé le 22 décembre par les Américains, les Israéliens et les Marocains, actant une normalisation diplomatique entre le Maroc et l’Etat hébreu, avec une reconnaissance américaine de la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental.

Le secrétaire d’Etat américain adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, s’est rendu samedi dernier au Sahara occidental, un mois après la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur l’ancienne colonie espagnole. A son arrivée à Laâyoune, après une tournée régionale qui l’a conduit en Algérie et en Jordanie, David Schenker a visité le siège de la mission de l’ONU au Sahara occidental, la Minurso restée spectatrice, à la mi-novembre, quand le Maroc a déployé ses troupes dans une zone tampon pour «sécuriser» la seule route vers l’Afrique de l’Ouest, à la frontière avec la Mauritanie.

Ce mouvement militaire a poussé le Polisario à rompre le cessez-le-feu, signé en 1991 sous l’égide de l’ONU. Joe Biden, le président américain élu, ne s’est pas encore prononcé sur le dossier du Sahara occidental. «Chaque Administration dispose de la prérogative de décider de sa politique

étrangère», a rappelé David Schenker à Alger. Un marché de dupe que le nouveau président élu Joe Biden ne manquera pas de remettre en cause.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email