-- -- -- / -- -- --
MENASahel

Sahara occidental : Des députés espagnols appellent à la fin de l’occupation

Sahara occidental : Des députés espagnols appellent à la fin de l’occupation
Uniformed soldiers of the pro-independence Polisario Front stand before a Sahrawi flag flying at the Boujdour refugee camp near the town of Tindouf in Western Algeria on October 17, 2017. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP) / “The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo by RYAD KRAMDI has been modified in AFP systems in the following manner: "near the town of Tindouf in Algeria" instead of "in the disputed territory of Western Sahara". Please immediately remove the erroneous mention from all your online services and delete it from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.”

Les représentants des Assemblées législatives régionales de toute l’Espagne, réunis, les 6 et 7 mai, au Parlement de La Rioja, ont renouvelé leur engagement en faveur de la cause sahraouie. Il s’agit ici d’un véritable camouflet au gouvernement socialiste de Sanchez, qui avait fait volte face dans sa position sur la question sahraouie.

Les participants à la 26e Conférence interparlementaire “Paix et liberté pour le peuple sahraoui”, ont appelé à élargir le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental et exigé la fin de l’occupation marocaine.

Les parlementaires régionaux espagnols ont réaffirmé à cette occasion que “le Front Polisario est le représentant légitime et unique du peuple sahraoui, tel que reconnu par l’ONU et la communauté internationale”.

Ils soulignent aussi que “la présence marocaine au Sahara occidental est illégale et qu’elle ne peut avoir des effets juridiques ou politiques portant atteinte au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance”.

Concernant l’accord entre l’Union européenne (UE) et le Maroc, les parlementaires régionaux soulignent la nécessité que “l’Espagne et l’Union européenne engagent des négociations avec le Front Polisario afin d’établir les relations commerciales et économiques appropriées”.

Et de réaffirmer: “le Sahara occidental est un territoire non autonome, soumis au droit international, qui n’a jamais appartenu au Royaume du Maroc et par conséquent nous exigeons qu’il (le Maroc) cesse l’occupation illégale du Sahara occidental et permette au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination”, ajoutant qu’ils continueront de prendre en compte comme “référence” l’ordonnance de la Haute Cour Nationale qui considère que “l’Espagne continuait d’être la puissance administrante de jure sur le territoire du Sahara occidental”.

Les signataires de la Déclaration n’ont pas manqué aussi d’exprimer leur “désaccord” concernant le revirement de position “radical” du Premier ministre espagnol sur le Sahara occidental.

Dans le sillage, ils appellent les Nations unies à “promouvoir sans plus tarder une solution juste et définitive au conflit au Sahara occidental, solution qui passe par la mise en œuvre du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, et la tenue d’un référendum”.

Conscients de la responsabilité juridique et politique de l’Etat espagnol quant à la situation au Sahara occidental, les élus régionaux réitèrent l’appel au gouvernement espagnol afin qu’il exige du Maroc “le respect scrupuleux des droits de l’homme dans les territoires occupés du Sahara occidental et la cessation des violations des droits de l’homme que subie la population sahraouie”.

Pour rappel, durant cette conférence, le Front Polisario a exigé que le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez “rectifie” sa position concernant le Sahara occidental, notant que son récent revirement au sujet de la question sahraouie était contraire à la légalité internationale et qu’il représentait une prise de position unilatérale car, non soumise à l’approbation du Parlement espagnol.

Le représentant du Front Polisario à Madrid, Abdullah Arabi a critiqué le fait que “le gouvernement espagnol se tienne aux côtés d’une puissance occupante, qui est le Maroc, qu’il prenne ses distances avec le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et qu’il s’exclue du processus des Nations unies visant à rechercher une solution conformément au droit international”.

“Ce tournant pris par le gouvernement espagnol, a ajouté le diplomate sahraoui, a été rejeté par presque toutes les instances au niveau national et régional”, car, dit-il, “il rompt un consensus qui existait en Espagne concernant la cause sahraouie et se démarque de la légalité internationale”, en plus d’être “une décision unilatérale non approuvée par le Parlement”.

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email