-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ross se rendra au Sahara occidental

Ross se rendra au Sahara occidental

L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a le droit de se rendre au Sahara occidental dans le cadre de sa mission en vue de résoudre le plus vieux conflit en Afrique.

C’est ce qu’a souligné le porte-parole du SG des Nations unies Martin Nesirky, suite aux tentatives du Maroc d’empêcher Ross de visiter les territoires sahraouis occupés. « Ross a le droit de se rendre au Sahara occidental », a affirmé Nesirky à l’issue d’un point de presse quotidien, en réponse à une question concernant les propos du chef de la diplomatie marocaine Salah Eddine Mezouar, qui a déclaré que « le Maroc ne pourrait accepter la visite de Ross au Sahara occidental ».

Samedi, le ministre des Affaires étrangères sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek, avait souligné que la dernière tentative de l’occupant marocain d’empêcher l’envoyé personnel du SG de l’ONU de visiter les villes sahraouies occupées témoigne de « son isolement et de ses contradictions avec les résolutions des Nations unies ».

Par ailleurs, la 40e édition de la Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO), qui se tiendra vendredi et samedi à Madrid, plaidera en faveur du droit « inaliénable » du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, et de contribuer au processus de paix au Sahara Occidental occupé par le Maroc.

Outre des représentants de gouvernements ayant reconnu la République arabe sahraouie démocratique (RASD), des députés et membres élus nationaux et internationaux, des organisations politiques et syndicales, des associations d’amitié avec le peuple sahraoui, des ONG et des personnalités du domaine de la culture prendront part à ce rendez-vous de solidarité avec la lutte du peuple sahraoui.

Lors de cette conférence de solidarité avec le Sahara occidental, les organisateurs projettent de : dénoncer la violation systématique des droits de l’Homme de la part du Maroc dans les territoires occupés du Sahara occidental, et donner un support à la lutte que la population sahraouie livre de façon continue sur ses territoires. »

Par la même occasion, ils militeront en faveur de l’arrêt de la répression des droits les plus fondamentaux et la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis. Ils prévoient aussi d’élaborer un pacte social et politique pour la décolonisation du Sahara occidental, dans lequel se reflète la dette historique, morale et politique de l’Etat espagnol à l’égard du peuple sahraoui depuis 1975. L’Espagne, ancienne puissance coloniale au Sahara occidental, avait cédé ce territoire au Maroc et à la Mauritanie en 1975 dans ce qui a été baptisé « La Déclaration de Madrid ».

Le conflit du Sahara Occidental est le plus vieux en Afrique. Eclaté en 1975, les belligérants, le Maroc et le Front Polisario, ont conclu un cessez-le-feu en 1991 suivi de négociations qui ont conduit à la signature des accords de Houston (Etats-Unis). Ces accords prévoient la tenue d’un referendum d’autodétermination du peuple sahraoui qui a été ensuite renié par l’occupant marocain. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email