-- -- -- / -- -- --
Nationale

RND : le soutien officiel au 5e mandat

RND : le soutien officiel au 5e mandat

Le Rassemblement national démocratique (RND) tiendra un conseil national, le sixième du genre, jeudi et vendredià la Mutuelle des matériaux de construction de Zéralda, consacré exclusivement à la prochaine candidature de Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle en avril.
Bien que les sujets d’actualité seront abordés lors de cette rencontre, telle la situation organique du parti qui connaît ces derniers jours quelques turbulences dans les wilayas d’El Tarf et Chlef, l’ordre du jour comportera également la situation générale du pays et la convocation du corps électoral.
« Il est question d’ouvrir un débat autour des multiples questions relevant de l’actualité nationale. Il est prévu aussi de faire une rétrospective de l’année 2017 avec ce qu’elle a comporté comme échéances et enjeux électoraux », a indiqué le porte-parole du parti Seddik Chiheb. Une évaluation précise des résultats des locales et des législatives sera également établie afin de déterminer les points faibles et les points forts à consolider. A cela s’ajoutent les questions organiques qui seront également débattues par les membres du conseil national .
« Nous allons nous consacrer à la restructuration du parti à travers le renouvellement de nos structures de base. Quelques nouveautés organiques seront soumises à débat » a précisé le responsable, expliquant que le but sera « de donner plus de poids à la présence des femmes et des jeunes et de développer également la politique de communication à travers les réseaux sociaux ». Chiheb a fait remarquer, à ce titre, que le RND prévoit des rencontres locales puis régionales avec ses 1 800 élus. Il a en outre rappelé que l’installation des assemblées élues issues du dernier scrutin constitue un dossier clos pour le RND. « Là où le RND préside les communes, aucun problème n’a été enregistré. D’autres difficultés sont intervenues mais elles ont été vite contenues par le biais des alliances partisanes », a-t-il souligné.
Enfin, le RND s’apprête à s’engager dans la collecte des signatures pour le candidat Bouteflika, avons-nous appris également.
Le SG du parti Ahmed Ouyahia, animera samedi une conférence de presse à l’issue de laquelle il prononcera officiellement son soutien au candidat Bouteflika. Il faut dire que les partis constituant l’Alliance présidentielle commencent à sortir de leur torpeur depuis ces trois derniers jours après un silence qui a duré. En effet, les partisans du 5e mandat réinvestissent peu à peu le terrain et tentent de rattraper un tant soit peu le temps perdu. Ils se démènent pour préparer des actions sur le terrain en faveur d’une nouvelle candidature du président Bouteflika en enchaînant les réunions internes. Le FLN, le RND, le MPA et le TAJ se réuniront dans les prochains jours pour mettre en place un plan d’action. Il faut dire que l’urgence, pour eux, est la présentation du « bilan » des 20 années de règne du président Bouteflika.
Ce bilan constituera, pour cette « alliance présidentielle », le socle de sa campagne électorale qui sera, selon nos sources, axée sur trois grandes thématiques : la stabilité, le développement économique et la lutte contre la corruption.
Le MPA, qui n’a pas encore arrêté une position ferme par rapport à un cinquième mandat, devra se prononcer lui aussi ce vendredi à l’issue de son conseil national. Tout comme d’ailleurs Mohcine Bellabes, qui lui aussi a fait appel à ses troupes demain pour arrêter la décision finale concernant sa participation à l‘élection présidentielle. Mais la tendance vers va vers un boycott. Le chef de file de cette formation politique, Mohcine Bellabes, a déjà donné le ton en refusant de participer à ce scrutin selon une source interne au parti.
Enfin, 153 postulants à la candidature à l’élection présidentielle du 18 avril prochain, dont 14 chefs de parti politique, ont procédé au retrait des formulaires de souscription de signatures individuelles, a indiqué le ministère de l’Intérieur.
Le Conseil constitutionnel avait rappelé que le dernier délai de dépôt des dossiers de candidature pour l’élection du président de la République est fixé au 3 mars 2019 à minuit. Enfin concernant le poste vacant de président du Conseil constitutionnel après le décès de Mourad Medelci et les craintes qu’il fait peser sur la tenue du scrutin, le président de la HIISE, Abdelwahab Derbal, a assuré « qu’aucune crainte ne pèse sur le prochain processus électoral, rappelant que la loi dispose qu’en cas de vacance de ce poste, le vice-président du Conseil informe le président de la République dans un délai ne dépassant pas 15 jours ; cela signifie que nous sommes dans les délais réglementaires », a-t-il soutenu. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email