-- -- -- / -- -- --
Nationale

Risque d’un surplus de l’offre non Opep en 2017

Risque d’un surplus de l’offre non Opep en 2017

Dans son rapport mensuel publié avant-hier, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole anticipe, dans ses prévisions pour 2017, un surplus de l’offre des pays non Opep plus important que prévu précédemment.

Ainsi, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) indique estime, dans ses prévisions, que la production des pays non Opep augmenter de 200 000 barils par jour l’année prochaine, alors qu’elle avait tablé dans sa projection précédente sur une diminution de 150 000 barils.

L’Opep précise que cette révision à la hausse est surtout le fait du démarrage, prévu en novembre, de l’exploitation du gigantesque gisement de Kachagan, au Kazakhstan, et de la production américaine de pétrole de schiste.

Le rapport de l’Opep estime un surplus moyen de 760 000 barils sur le marché pétrolier en 2017 contre un surplus de 100 000 supposé dans le précédent rapport. La Russie, premier producteur mondial de brut, avait produit 10,71 millions de barils par jour en août dernier, en baisse de 1,3% par rapport à juillet du fait d’opérations saisonnières de maintenance.

Mais sa production a augmenté depuis pour atteindre près de 11 millions de barils par jour sur la première semaine de septembre. Au sein de l’Opep, l’Arabie saoudite, deuxième producteur mondial et premier au niveau de l’Organisation, a augmenté sa production d’une manière successive au cours des trois derniers mois, atteignant 10,60 millions de barils/jour en août dernier, contre 10,56 mb/j en juillet et 10 ,46mb/j en juin. 

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a fait constater que malgré l’effondrement des cours du pétrole et la diminution des investissements qui s’en est suivie, la production mondiale de brut continue d’augmenter, même si c’est à un rythme bien plus modéré qu’en 2015.

« L’offre mondiale de pétrole brut devrait rester excédentaire pendant au moins les six premiers mois de 2017, en raison à la fois d’un net ralentissement de la croissance de la demande, de stocks en forte hausse et d’une augmentation de la production », selon le rapport de l’AIE.

L’offre reste soutenue en particulier par l’Opep qui a pompé à un niveau quasi record de 33,47 millions de barils par jour en août – soit 930 000 bj de plus sur un an, affirme le rapport de l’AIE.

La rencontre informelle de l’Opep prévue fin septembre à Alger devrait focaliser sur la nécessité pour les pays de l’organisation de limiter leur production pour rééquilibrer le marché pétrolier. La réunion devrait également porter sur l’accord entre la Russie et l’Arabie saoudite conclu le 5 septembre dernier pour une coopération en vue de stabiliser le marché pétrolier.

Pour rappel, l’offre excédentaire de brut a fait chuter les cours du baril depuis deux ans, revenus de 115 dollars en juin 2014 à 27 dollars en janvier et oscillant actuellement entre 40 et 50 dollars.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email