-- -- -- / -- -- --
Nationale

Risque d’effondrement de 300 logements à Mila

Risque d’effondrement de 300 logements à Mila

Le président de l’APC de Mila a fait savoir qu’une première vague de 308 familles sera prise en charge incessamment.
Ces familles ont été destinataires de décisions les priant de libérer leurs habitations de leurs 300 habitations qui menacent de s’effondrer à tout moment.
Ce lot concerne exclusivement les habitants de la région d’El-Khorba agricole, une des zones les plus touchées par le tremblement de terre du 7 août.
Ces bâtisses ont été classées par les services du contrôle technique des constructions, CTC, en zone rouge, donc inhabitables et leurs occupants ont été priés de vider les lieux le plus tôt possible.

Par ailleurs, soixante et onze familles ont été accueillies au niveau du nouveau centre de transit, provisoirement aménagé au niveau de la gare routière, au Nord de la ville.

Il a été procédé ce dimanche à l’installation officielle, au siège de la wilaya, de la commission chargée de coordonner avec les représentants des comités de quartiers de la commune de Mila touchés par le séisme.

La rencontre a été présidée par la secrétaire générale de la wilaya, en présence du chef de daïra de Mila et des représentants des dits comités de quartiers. Composée de huit membres, cette commission aura pour mission de recenser en premier lieu les familles sinistrées et de mettre en place les procédures inhérentes à leur prise en charge.

Lors de cette rencontre, les présents ont passé en revue ce qui a été accompli et discuté des meilleurs moyens à mettre en place pour la prise en charge des familles sinistrées, notamment celles hébergées depuis déjà une dizaine de jours au niveau du campement de tentes, érigé au stade municipal Belaid Belkacem.

Certains se sont plaints des conditions de vie de plus en plus difficiles, et souhaiteraient que d’autres alternatives soient envisagées, même provisoirement, afin de les prendre en charge. Selon des représentants d’associations, plusieurs structures vacantes peuvent être aménagées en centres de transit pour accueillir ces familles, à l’image de l’exploitation de certains établissements scolaires vacants depuis des années ou encore les locaux de la Snic, société de céramique, ceux d’un centre commercial inexploité à la cité DNC.
Même le nouveau siège de la wilaya, flambant neuf, a été suggéré par l’un des présents pour reloger les sinistrés.

A noter que les familles actuellement hébergées au niveau du stade municipal ont refusé la proposition des autorités de wilaya, visant à les transférer provisoirement vers un camp de jeunes, situé au niveau de la localité Terai Baynan, estimant qu’elles doivent être hébergées sur le territoire de la commune de Mila, leur lieu de résidence.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email