-- -- -- / -- -- --
Nationale

Rezig au JI : l’évaluation de l’Accord d’association avec l’UE finalisée

Rezig au JI : l’évaluation de l’Accord d’association avec l’UE finalisée

L’évaluation de l’Accord d’association avec l’Union européenne (UE) a été finalisée par le ministère du Commerce et sera transmise au gouvernement incessamment.

Dans une déclaration au Jeune Indépendant en marge de la Conférence nationale des start-up « Algeria Disrupt 2020 », le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a expliqué que l’évaluation s’est basée essentiellement sur le volet commercial, avec la participation, pour la première fois, des experts de haut niveau.

Le ministre a indiqué que son département a engagé des consultations élargies avec les opérateurs économiques et les experts, ainsi que les ministères concernés, afin d’évaluer tous les accords bilatéraux en vigueur (Accord d’association Algérie-UE, Grande zone arabe de libre échange, Accord préférentiel avec la Tunisie et projet de la Zone de libre-échange continentale africaine, ZLECAF).

« L’évaluation de l’Accord d’association avec l’UE a été finalisée et il incombe désormais au Gouvernement de trancher et de dire si nous devons ou pas procéder au démantèlement tarifaire restant avec l’UE », a précisé M. Rezik.

Et d’assurer une nouvelle fois que «l’intérêt de l’Algérie sera défendu, tout en respectant ses engagements avec les autres pays»

Le ministre a par ailleurs abordé l’adhésion de l’Algérie à la Zone de libre-échange africaine (Zlecaf) début 2021, affirmant que faire partie des pays fondateurs conférera à l’Algérie un pouvoir d’influence sur les décisions et la formulation de conditions, ainsi que de nombreux avantages liés notamment aux critères et taux d’adhésion.

La ZLECAF compte 53 pays avec une densité de population dépassant 1,2 milliard d’habitants, en prévision des 2,5 milliards attendus en 2050.

Pour M. Rezig, «il est nécessaire d’accélérer la régulation des procédures légales et réglementations d’adhésion à la ZLECAF, pour permettre l’accès des marchandises et services algériens aux pays africains, l’investissement, la protection de la propriété intellectuelle. »

En somme, l’adhésion de l’Algérie à la ZLECAF apportera des privilèges importants à même de relancer l’échange commercial avec les pays africains, particulièrement les pays voisins.

Le ministre a en outre ajouté que l’Algérie devrait bénéficier du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique de 2,5 milliards USD et des recettes du marché africain d’une valeur de 3.000 milliards USD.

L’adhésion de l’Algérie à cette zone donnera lieu à la relance du commerce interafricain à travers les passages frontaliers et la création d’emplois en vue d’améliorer le niveau de vie des populations des zones frontalières, liées les unes aux autres par des liens de bon voisinage.

Concernant le dossier d’indemnisation des exportateurs, le premier responsable du secteur a expliqué que ce dernier était bloqué depuis des années. « Plus de 8.000 factures de frais de transport bloquées depuis des années ont été remboursées aux exportateurs ces derniers mois dans le but d’établir un climat de confiance propice aux affaires », a-t-il relevé.

Pour éviter aux exportateurs des procédures administratives parfois très contraignantes, le ministère du Commerce a créé un « registre de commerce unique » permettant d’exporter tous types de marchandises.

Rezig a aussi fait savoir qu’une stratégie nationale d’exportation (SNE) est en cours de finalisation. La SNE permettra de diversifier l’économie et les exportations Algériennes, améliorer le climat des affaires, renforcer les capacités et la qualité de production et de gestion des entreprises orientées à l’export et surtout favoriser un commerce extérieur dans le cadre d’un développement durable et de justice sociale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email