Réunion ministérielle extraordinaire du GECF : Le rôle incontournable du gaz naturel mis en avant – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies

Réunion ministérielle extraordinaire du GECF : Le rôle incontournable du gaz naturel mis en avant

Réunion ministérielle extraordinaire du GECF : Le rôle incontournable du gaz naturel mis en avant
Mohamed Arkab lors de la réunion ministérielle du GECF.

La « cause » du gaz comme une énergie du futur, appelée notamment à accompagner la transition énergétique, a été plaidée ce vendredi, lors de la réunion ministérielle extraordinaire du Forum des pays exportateurs de gaz (GECFGECF Forum des pays exportateurs de gaz).

Présidée par le ministre iranien du pétrole, elle a réuni les ministres de l’Energie des pays membres et des pays observateurs du Forum. Ces derniers ont aussi appelé au renforcement de la coopération entre les pays membres, de manière à faire face aux défis futurs des producteurs.

Le rôle incontournable du gaz naturel pour les décennies à venir et sa part dans le mix énergétique mondial, qui devrait croître, ont été mis en avant par le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab. Il a mis en exergue la place qu’occupera le gaz naturel à l’avenir, affirmant qu’il est considéré comme « l’énergie du futur ». « Le gaz jouera un rôle essentiel pour réaliser une transition énergétique progressive et équitable à long terme », a-t-il précisé à l’ouverture de la réunion, évoquant les différentes études qui l’ont démontré, y compris celles réalisées par le Forum des pays exportateurs de gaz.

Il a aussi appelé à asseoir un dialogue entre producteurs et consommateurs de gaz naturel afin de bâtir une vision prospective commune qui consacrera le rôle croissant du gaz naturel dans le mix énergétique mondial. « L’investissement dans le secteur du gaz exige la mobilisation d’importants capitaux, d’où le nécessaire dialogue entre les producteurs et les consommateurs pour mettre en valeur l’apport du gaz dans le mix énergétique mondial, comme énergie propre, durable et compétitive, qui pourrait assurer la sécurité énergétique », a expliqué le ministre, affirmant que les technologies utilisées dans le secteur gazier seront déterminantes dans le futur.

Le dialogue et la collaboration devraient être aussi renforcés entre les pays membre du Forum, selon Arkab, qui n’a pas manqué de rappeler le rôle pionnier de l’Algérie dans l’industrie gazière, et qui œuvre surtout à renforcer et à promouvoir sa place de fournisseur traditionnel et sûr de gaz naturel. Le contexte particulier dans lequel se tient le Sommet d’Alger a été, en outre, souligné par le ministre.

Pour le ministre nigérian chargé des Ressources pétrolières et du Gaz, Ekperikpe Ekpo, qui a mis en avant l’importance de ce sommet qui réunit les figures de premier plan du secteur du gaz à l’échelle mondiale, « compte tenu de l’évolution du marché mondial de l’énergie et l’urgence croissante liée au changement climatique, le rôle du gaz naturel n’a jamais été aussi crucial ». Il a affirmé que « le gaz naturel se présente comme une alternative plus propre au charbon et au pétrole, et comme un élément vital des énergies renouvelables, en fournissant la fiabilité et la flexibilité nécessaires pour assurer une transition énergétique stable ».

Cependant, pour relever les défis relatifs, entre autres, aux tensions géopolitiques et à l’impératif mondial de décarboner la production et la consommation d’énergie, il préconise une collaboration internationale et surtout stratégique entre les pays exportateurs de gaz. Il a proposé un agenda qui repose sur des points essentiels.

Il s’agit, principalement, de mettre à profit « l’expertise et les expériences collectives pour assurer la stabilité, mais aussi la durabilité du marché mondial du gaz », en plus de promouvoir le gaz en tant que composant crucial de la transition énergétique et de recourir à l’innovation et à la technologie pour réduire les émissions à effet de serre.

« J’appelle tous les membres du GECF à s’engager à partager leurs expériences, leurs technologies afin d’accélérer nos progrès vers ces objectifs », a-t-il noté. « Ensemble, nous pouvons former un front uni et plaider en faveur de politiques qui reconnaissent l’importance du gaz naturel dans la réalisation d’un avenir énergétique équilibré, sûr et durable », a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre qatari de l’Energie, Saad Sherida Al-Kaabi, a affirmé que le gaz naturel constitue un élément central du mix énergétique, réitérant la position de son pays envers ceux qui appellent à la fin de l’utilisation du pétrole et du gaz. Selon lui, la transition vers une énergie bas carbone est la responsabilité de tous, y compris celle des consommateurs, appelant à la nécessité de travailler ensemble pour garantir une sécurité énergétique et la stabilité des marchés.

Le ministre de l’Energie de Trinité-et-Tobago a, quant à lui, souligné la nécessité de travailler ensemble, « non seulement à la promotion de l’utilisation du gaz naturel, qui sera inévitablement une source d’énergie pour les décennies à venir, mais aussi à travailler ensemble pour exploiter nos propres ressources en gaz ».

Le rôle du gaz pour les pays exportateurs dans leur développement social et économique a été, par ailleurs, évoqué par le ministre du Venezuela, affirmant que les marchés de l’énergie traversent une situation complexe. Il a aussi signalé le rôle majeur du gaz en tant que matière première dans les différentes industries.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email