Réunion ministérielle Afrique - pays nordiques à Alger : La diplomatie algérienne à l’œuvre – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Réunion ministérielle Afrique – pays nordiques à Alger : La diplomatie algérienne à l’œuvre

Réunion ministérielle Afrique – pays nordiques à Alger : La diplomatie algérienne à l’œuvre

Les travaux de la 20e session de la Réunion des ministres des Affaires étrangères des pays africains-pays nordiques (Suède, Danemark, Norvège, Finlande et Islande), qui débutent ce mardi, à Alger, sont marqués par une participation record au niveau ministériel. Vingt ministres des Affaires étrangères et de hauts responsables prennent part à ce sommet qui se tient dans un contexte régional et international critique. 

L’Algérie va peser de son poids pour faire rallier ses partenaires, des pays nordiques et africains, à ses efforts visant le maintien de la paix et de la stabilité et le développement du continent.  

Cette réunion consultative revêt d’une grande importance de par le niveau de participation, avec des ministres des Affaires étrangères, des vice-ministres, de hauts responsables gouvernementaux des deux groupes et les dirigeants de plusieurs instances de l’Union africaine (UA), et surtout les sujets qui y seront traités. Elle constitue une opportunité pour aborder les problématiques et les défis communs en matière de paix et de sécurité, de coopération et de développement durable à travers des forums multilatéraux.

Depuis la dernière conférence, tenue à Helsinki en Finlande en 2022, le continent africain a connu de profonds bouleversements, avec notamment la recrudescence du fléau du terrorisme qui menace la stabilité du Sahel. La propagation des mouvements terroristes en Afrique entraîne une hausse du niveau de la pauvreté, la propagation de la famine et de la précarité.  

Les autorités algériennes œuvrent à la réussite de cette réunion qui met en avant le rôle constructif de l’Algérie à l’échelle international et en Afrique en tant qu’acteur incontournable dans la promotion de la paix et de la sécurité, en sus de son soutien aux pays africains pour réaliser leur développement.

Elle a également pour objectif de promouvoir la coopération entre les pays africains et les pays nordiques au niveau des instances internationales, notamment à l’ONU, en vue de contribuer à la consolidation du multilatéralisme et de trouver les moyens qui permettent de relever les défis que posent le changement climatique, l’accroissement du phénomène migratoire et le terrorisme transfrontalier. Elle vise également à examiner les voies possibles pour promouvoir la coopération économique et commerciale et activer les opportunités offertes pour élargir le partenariat et l’investissement dans les deux sens.

La 20e session ministérielle Afrique-pays nordiques s’articulera sur trois grands axes, en plus d’un panel jeunesse, où la parole sera donnée aux jeunes africains pour discuter, en présence des ministres des Affaires étrangères, de leur perception de l’avenir de l’Afrique  et de son développement.

Le premier axe qui sera abordé lors de cette réunion est celui de la sécurité et de la paix en Afrique. Il s’agit de l’une des plus importantes questions qui sera débattue lors de cet évènement, et qui permettra à l’Algérie de mettre en avant ses positions et sa vision concernant la paix et la stabilité en Afrique, qui consacre les efforts aux défis du développement socio-économique.

Le rôle stabilisateur de l’Algérie sera également mis en valeur, ainsi que son expérience dans le règlement pacifique des conflits, qui pourra être une base solide pour tout travail visant à renforcer la paix et à mettre fin aux crises.

Dans ce contexte, il convient de rappeler que l’Algérie avait œuvré à mettre en place les bases de la paix au Mali, en rassemblant toutes les parties maliennes concernées par la guerre civile qui avait ravagé le pays. La signature, le 15 juin 2015, de l’Accord d’Alger, ou l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, avait couronné les efforts déployés par la diplomatie algérienne lors des rounds de négociations menées à Alger entre la République du Mali et la Coordination des mouvements de l’Azawad.

L’Algérie avait également lancé plusieurs initiatives et proposé sa médiation pour le règlement de plusieurs crises, entre autres, ukrainienne, soudanaise et récemment nigérienne. 

Le deuxième volet sera consacré au développement du partenariat entre pays africains et pays nordiques, dans l’objectif d’asseoir un réel partenariat gagnant-gagnant basé sur l’investissement et la création des opportunités de développement dans tous les domaines.

Le dernier axe concerne le partenariat multilatéral, notamment sur le plan international, permettant de créer des blocs de soutien afin de porter la voix de l’Afrique dans les instances internationales. Ce point serait important au vu des efforts de réformes que connaîtraient l’organisation des Nations Unies et surtout le Conseil de sécurité, dans l’optique d’obtenir un siège permanent pour l’Afrique.

S’agissant de la session dédiée à la jeunesse, elle sera animée par Mohamed Belhocine, Commissaire à l’Education, aux Sciences, aux Technologie et à l’Innovation à l’Union africaine (UA). La session comprendra un débat interactif entre ces jeunes et les ministres des Affaires étrangères des pays participants.

Il est à rappeler que, les pays qui sont sous le coup d’une sanction de l’Union africaine (UA) pour changement non-constitutionnel, tels que le Mali et le Niger ou le Burkina Faso, ne sont tout simplement pas conviés à cette rencontre. Idem pour le royaume du Maroc avec lequel l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques en 2021 pour ses manœuvres et ses actions hostiles et attentatoires à la sécurité nationale.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email