-- -- -- / -- -- --
Nationale

Retraites : L’OSRA dénonce une revalorisation «dérisoire» des pensions

Retraites : L’OSRA dénonce une revalorisation «dérisoire» des pensions

L’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRA) a rendu public un communiqué dans lequel elle dénonce la revalorisation « dérisoire » des pensions de retraite ainsi que le refus des autorités de lui délivrer l’agrément de conformité.

Après un échange de points de vue et analyse de la situation, le Conseil national de l’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRA), qui s’est réuni le 18 juin à l’effet d’étudier, d’évaluer et d’examiner la situation socio-économique que vivent les retraités, constate avec regret « l’inefficacité de cette dernière mesure prise pour amortir la chute et la dégradation du pouvoir d’achat de larges couches de la société ».  

Après avoir constaté son caractère et son impact « futile et dérisoire », l’OSRA dénonce cette revalorisation qui, selon cette organisation syndicale, ne couvre nullement ni l’inflation de l’année 2021-2022 et encore moins l’amortissement de la chute vertigineuse du pouvoir d’achat des retraités.

« Son application et sa période de calcul est censée s’étaler sur deux ans alors qu’elle ne couvre, en réalité, qu’une année et huit mois, ce qui est anormal et ne correspond pas à l’esprit ni à la lettre de la loi de 1999, qui fixe une revalorisation des pensions de retraite de mai 2021 à avril 2022 et une autre de mai 2022 à avril 2023 », lit-on dans le communiqué de l’OSRA.

Cette organisation appelle le conseil d’administration de la CNR à revoir sa politique et ses prévisions concernant la revalorisation pour cette année, qui « n’a toujours pas été communiquée, alors qu’on est en juin 2022 ». 

L’OSRA insiste sur l’impératif de revoir cette revalorisation, qui reste d’ailleurs parmi les points focaux de son combat syndical, et continue de réclamer son récépissé d’enregistrement en tant que syndicat autonome et d’appeler au respect des droits des retraités. « L’OSRA tient à prendre à témoin l’opinion publique sur le mépris manifeste affiché par les responsables chargés de la gestion de ce dossier », indiquent les membres de l’organisation.

Ces derniers lancent avec force et insistance un appel au président de la République afin d’instruire qui de droit pour corriger cette dérive et rétablir les principaux concernés dans leurs droits. 

Dans ce cadre, le Conseil national a été ferme et a demandé de continuer la lutte avec ou sans agrément, sachant que l’organisation est dans son droit constitutionnel et syndical. De plus, il existe, partout dans le monde, des syndicats de retraités, et l’Algérie, pays de révolutionnaires, ne peut faire exception.

Les représentants d’OSRA considèrent être dans leur droit et estiment que le refus du ministère, « sans aucune raison légale valable, selon notre point de vue, pousse les membres fondateurs d’OSRA à agir et à activer dans la clandestinité ». 

L’OSRA dénonce les violations de la loi ainsi que l’interprétation erronée de la loi 90-14 et l’atteinte aux droits fondamentaux des retraités et du citoyen en général. Pour ce qui est de la situation financière de l’organisation, le bureau national a rappelé qu’il ne dispose d’aucune ressource lui permettant d’acquérir ou de louer des biens immobiliers et, qu’à cet effet, seule la solidarité, l’entraide et surtout les cotisations peuvent pallier ce déficit.

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email