Retraités: Appel à la revalorisation des pensions à plus de 50 000 DA – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Retraités: Appel à la revalorisation des pensions à plus de 50 000 DA

Retraités:  Appel à la revalorisation des pensions à plus de 50 000 DA

L’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRAOSRA Organisation syndicale des retraités algériens), en instance d’agrément depuis février 2021, lance un nouvel appel aux hautes autorités du pays pour « rendre justice » aux retraités affiliés à la CNR touchant des pensions de plus de 50 000 DA.

Depuis l’annonce par le président de la République d’une augmentation pour les salariés et pour toutes les pensions en 2023, en vue de limiter la chute du pouvoir d’achat, les retraités se disent surpris que seules les pensions de moins de 50 000 DA bénéficieront de ces augmentations.

Une décision qui a provoqué la colère chez les retraités de la CNR non concernés qui, depuis, n’ont cessé de crier « haut et fort » leur revendication, dénonçant ce qu’ils qualifient d’« injustice » et de « discrimination » entre, d’une part, les retraités eux-mêmes et, d’autre part, les retraités et les travailleurs.

Dans une déclaration rendue publique, l’OSRA a réitéré son appel afin de revenir sur « la discrimination créée au sein des retraités par le refus d’augmenter les pensions de plus de 50 000 DA, comme ce fut le cas pour tous les salariés qui ont bénéficié de cette dernière augmentation ». Le conseil national de l’organisation considère cela comme « une violation des lois et une atteinte grave à l’esprit et à la lettre de la Constitution ».

Pour l’OSRA, cette situation risque de creuser davantage le fossé de confiance qui « grandit entre les responsables et le citoyen au lieu de diminuer », rappelant que « plusieurs lettres ont été adressées aux détenteurs du pouvoir décisionnel, du président de la République au ministre du Travail, en passant par le directeur général de la CNR et, dernièrement, le médiateur de la République, sans qu’aucune réponse ne nous soit parvenue ».

L’OSRA regrette cette situation et explique avoir constaté que « les retraités affiliés au FSR (Fonds de soutien à la retraite) allaient bénéficier, au titre de la loi de finances 2024, d’augmentations de plus de 47 % car leurs pensions sont indexées aux salaires alors que ceux de la CNR devront attendre leur droit à la revalorisation qui sera comptabilisée comme d’habitude entre 2 et 5 % au mois de mai de l’année en cours ».

L’organisation syndicale a tenu à rappeler ses revendications et à affirmer sa détermination à continuer à lutter pour obtenir son récépissé d’enregistrement. Elle exige, dans ce cadre, l’abolition de l’IRG pour les pensions de retraite, l’unification de toutes les caisses de retraite et la révision du SNMG à 60 000 DA vu la situation du pouvoir d’achat.

Elle propose que cette suppression puisse être compensée par une taxe douanière lors de l’importation de produits de luxe ou par des taxes sur le tabac ou l’importation de véhicules de luxe.

L’organisation des retraités s’indigne de ce qu’elle qualifie de « politique de deux poids deux mesures » entre les adhérents de la CNR et ceux du FSR.

Pour y remédier, l’OSRA revendique l’unification de ces caisses, tout en généralisant l’application des lois avantageuses du FSR à tous les autres retraités.

L’OSRA exige une revalorisation automatique des pensions annuelles sur la base de l’inflation réelle qui inclut tous les éléments « pour une vie digne qui n’affaiblit pas le pouvoir d’achat du retraité et du pensionné ». Elle demande à ce que les années du service national soient calculées dans l’ancienneté et les pensions de retraite

Les retraités revendiquent également le paiement des pensions sur la base de la meilleure année de travail et à 100 % du salaire, l’indexation des pensions de retraite aux salaires, à l’image des pensionnés du Fonds spécial de retraite, et la revalorisation du taux de la pension de retraite de la CNR à 100 % au lieu de 80 %, à l’image des pensionnés du FSR.

Pour permettre aux retraités de vivre « dignement », l’OSRA estime qu’ils doivent bénéficier de la gratuité des vaccins, de tous les médicaments et thérapies modernes existantes. Elle exige également la construction de foyers pour personnes âgées, de maisons de retraite, d’établissements pour personnes lourdement handicapées, pour malades mentaux, exclusivement publics et gratuits, dotés d’un personnel et d’équipements adéquats.

Elle demande de permettre aux retraités d’obtenir un logement, notamment pour ceux qui n’en ont jamais bénéficié, et la réduction des tarifs de tous les titres de transport routier, aérien, ferroviaire et maritime.

Enfin, l’OSRA se dit prête à continuer à lutter jusqu’à la satisfaction de ses revendications et demande à tous les retraités de rester mobilisés autour de leur syndicat (OSRA) et ses revendications.

« Nous continuons à privilégier le langage du dialogue malgré certains appels impatients qui appellent à un rassemblement devant le ministère du Travail. Nous avons préféré patienter jusqu’au prochain conseil national de l’OSRA pour exposer son plan d’action », conclut l’organisation.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email