-- -- -- / -- -- --
Culture

Retour d’El Ajouad

Retour d’El Ajouad

Lors de la troisième et dernière journée de la deuxième édition des Rencontres Abdelkader-Alloula, ce samedi 12 mars, au Théâtre régional d’Oran, le public appréciera un spectacle de jeunes comédiens qui ont reproduit avec brio le texte Akli et Menaouer, tiré de la célèbre pièce El Ajouad du regretté dramaturge Abdelkader Alloula.

Cette prestation a fait l’objet de cinq jours de préparation dans le cadre d’ateliers de création ayant débuté le 5 mars dernier sous la direction du metteur en scène Mohamed Charchal, elle a eu droit à une grande ovation de la part d’un public nombreux, qui a redécouvert Abdelkader Alloula à travers de jeunes comédiens ayant montré leur capacité à reprendre le flambeau.

Les rôles seront confiés à ces derniers dont certains n’ont pas l’habitude des planches, mais qui ont réussi, avec l’encadrement de leur metteur en scène, à se placer dans la plus pure tradition alloulienne et à saisir la profondeur du texte.

Lors d’un court débat ayant suivi la représentation, le réalisateur a rejeté le terme « mise en scène » : « Je ne prétends pas faire de la mise en scène, c’est un travail accompli avec les jeunes durant cinq jours sur un grand texte d’Abdelkader Alloula : c’est lui le véritable metteur en scène.

Akli et Menaouer est une leçon d’humanisme, de générosité et de patriotisme et est aussi un hommage aux travailleurs, si chers au défunt Alloula », a rapporté l’Agence presse service d’Algérie. Aussi, la création musicale et la danse ont également animé cette manifestation de trois jours.

Le public a redécouvert Ramy Maâlouf, un talentueux flutiste libanais résidant entre Beyrouth et Oran qui a proposé une composition inspirée du texte de A. Alloula dans sa célèbre pièce El Ajouad.

La clôture sera assurée par Taferka, un groupe musical oranais. Initiée par la Fondation éponyme du regretté dramaturge, cette manifestation théâtrale a également comporté dans la soirée de jeudi au Théâtre régional d’Oran, le spectacle Ultime halka de la troupe El Halqa du Café littéraire de Sidi Bel-Abbes.

Les pièces Hdar de l’association culturelle El Moudja de Mostaganem et L’Instit de la Coopérative artistique Masrah.Net de Béjaïa ont enchanté, le lendemain, vendredi, les spectateurs oranais.

Les organisateurs ont également animé le hall du théâtre par une exposition de caricature de Max, alias Belghomari Noureddine, et une autre de photos en noir et blanc de Karim Sidi Attalah sur le thème El Gasba wel guellal.

Ces Rencontres théâtrales se veulent une sauvegarde du patrimoine légué par Abelkader Alloula. Les membres de la fondatio, amis et admirateurs n’ont pas manqué d’aller se recueillir ce vendredi à sa mémoire, au cimetière d’Aïn El-Beida à Oran, en commémoration du 22e anniversaire de son assassinat par le terrorisme un soir de ramadhan, le 10 mars 1994.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email