-- -- -- / -- -- --
Nationale

Retour aux classes: Ouadjaout et les syndicats pour lever le doute

Retour aux classes: Ouadjaout et les syndicats pour lever le doute

Le ministre de l’éducation nationale, Mohamed Ouadjaout rencontrera mardi et mercredi les 23 syndicats pour débattre de l’avenir de l’année scolaire et décider du sort des examens de fin d’année, affectés par la crise sanitaire qui touche le pays avec la propagation du Covid-19.
Les syndicats et les différentes organisations des parents d’élèves seront, donc conviés à une réunion consacrée à l’étude des scénarios envisageables quant à l’avenir de l’année scolaire en cours, ainsi que l’organisation des examens de fin de cycles. A cet effet, le président du syndicat algérien des travailleurs de l’éducation et de la formation, Boualem Amoura a révélé que les six syndicats composant la coordination des syndicats de l’éducation à savoir le Cnapest, le Snapest, le Clae, l’Unpef et le Snte ont décidé de soumettre des propositions conjointes et écrites au ministre concernant l’année scolaire.
Le syndicaliste a tenu à expliquer que pratiquement l’année scolaire s’est achevée.
« Le retour des élèves dans les classes d’étude dans la situation actuelle n’est pas possible, pour plusieurs raisons, y compris les mesures de quarantaine et le manque de moyens de prévention adéquates au niveau de la plupart des établissements scolaires. Evoquant les propositions qui seront soumises au ministre de l’éducation, Boualem Amoura a insisté sur l’examen du baccalauréat, en raison de sa spécificité en termes de crédibilité que ce soit au niveau national ou international.
Selon lui, les syndicats suggèrent le report de cet examen à la fin du mois de septembre, en tenant compte de la situation sanitaire en vigueur et prendre en considération les élèves du sud qui ne peuvent pas passer l’examen en plein été en raison de la forte chaleur qui sévit sur ces régions. Les six syndicats exigent à cet effet, que les élèves soient parrainés et accompagnés, en programmant des cours dans leurs établissements fin août, avec une proposition de calculer « l’évaluation continue » des candidats dans les résultats du baccalauréat, à hauteur de 20%, ce qui signifie, selon lui, le recours à la fiche technique , nécessitant le calcul des résultats du premier et du deuxième trimestres et de les rajouter, exceptionnellement, à la moyenne du baccalauréat. « C’est une manière d’encourager les élèves, d’autant plus que le taux de progression des cours a atteint 80% au niveau national », a-t-il indiqué. 

En ce qui concerne les élèves des autres niveaux et qui ont obtenu des moyennes entre 9 et 9,99 sur 20, M. Amoura a souligné la nécessité de programmer une session de rattrapage, début septembre prochain, pour leur donner une seconde chance de passer au niveau précédent.
Pour sa part, le porte-parole du Cnapeste Messaoud Boudiba opte pour « une position claire quant aux examens de fin d’année et de passage », ce qui ne fera selon lui, « qu’alléger la pression que vivent nos élèves ».
Il a appelé à plus de patience, afin de suivre de près l’évolution de la situation sanitaire jusqu’à fin mai, avec des séances de concertation avec les partenaires sociaux pour mettre en place une feuille de route avant de décider du sort de l’année scolaire ainsi que le dates des examens de fin d’année.
Pour lui, le retour des élèves aux écoles, à l’heure actuelle est ne « aventure », selon les spécialistes de santé. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email