-- -- -- / -- -- --
Nationale

Respect des droits de l’homme : les nouvelles garanties de Hamel

Respect des droits de l’homme : les nouvelles garanties de Hamel

« Un Etat de droit commence dans les rangs de la Police » et « la dignité du citoyen vient en premier lieu », telles sont les instructions du directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général Major Abdelghani Hamel, à ses éléments après la signature d’un mémorandum d’accord avec la présidente du Conseil national des droits de l’homme, Fafa Benzerrouki.

Abdelghani Hamel et Fafa Benzzerrouki ont ainsi signé, avant-hier à Alger, un mémorandum d’accord portant de nouvelles garanties sur les droits de l’homme, et ce au profit des citoyens.

En signant ce nouvel accord, le général major Abdelghani Hamel s’est engagé en personne, garanties à l’appui, pour une meilleure prise en charge des doléances des citoyens.

« Cet accord constitue un ajout important au bilan des réalisations de la Police algérienne dans le domaine de la protection des droits de l’homme », a indiqué avant-hier le DGSN. Au siège du Conseil national des droits de l’homme, et en présence des hauts cadres de la DGSN, M. Hamel a souligné que les intérêts de la DGSN visent à améliorer les pratiques professionnelles et humanitaires des policiers envers les membres de la société civile, à assurer leur sécurité et à protéger leurs biens conformément aux exigences de la modernisation, à la lumière de l’application de la loi et de l’éthique de la profession.

Le patron de la DGSN a rappelé que le renforcement du principe des droits de l’homme dans le pays comme mécanisme pour faire respecter la loi commence avant tout par la DGSN. Abdelghani Hamel a expliqué qu’un « Etat de droit commence dans les rangs de la police ».

L’axe du travail du policier se concentre sur « la primauté d’un Etat de droit, les droits de l’homme et la dignité du citoyen en premier lieu « , a affirmé le DGSN.

Il a rappelé, sur ce plan, que la mise en service, il y a quelques mois seulement, d’un bureau des droits de l’homme à l’Inspection générale de la Sûreté nationale afin d’écouter les doléances des citoyens au cas où ces derniers auraient été maltraités par les policiers, n’est qu’une preuve solide de la volonté de la DGSN à instaurer les droits de l’homme et assurer plus de sécurité aux citoyens.

En plus de la préparation d’un code d’éthique des droits de l’homme sur lequel le policier doit s’appuyer pour une performance significative, M. Hamel a ajouté que cette nouvelle expérience de la Police algérienne a récemment été proposée au directeur d’Interpol lors de la réunion des responsables de la police et de la sécurité du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

L’objectif est de mieux cerner d’éventuels dépassements qui pourraient se produire de la part des policiers lors de leurs missions.

Le directeur général de la Sûreté nationale a par ailleurs accordé une grande importance à la promotion des principes des droits de l’homme dans les rangs de la DGSN en modernisant la formation et en veillant à l’application des lois de la République, appelées par le président de la République Abdelaziz Bouteflika. Des lois qui défendent et protègent la dignité humaine et l’inviolabilité de ses droits et libertés.

M. Hamel a aussi indiqué que la base de la construction de l’Etat, de l’établissement de la démocratie et de la bonne gouvernance doit être incarnée sur le terrain par l’application stricte des lois de la République pour assurer la sécurité du citoyen et la protection de ses biens.

Pour sa part, Fafa Benzerrouki, présidente du Conseil national des droits de l’homme, a salué cette initiative visant à promouvoir les droits de l’homme, notant la coopération continue entre les deux institutions en vue de servir le citoyen et de sauvegarder ses droits et libertés.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email