Résolution sur un cessez-le-feu à Ghaza: Le Conseil de sécurité examine la mise en œuvre – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Résolution sur un cessez-le-feu à Ghaza: Le Conseil de sécurité examine la mise en œuvre

Résolution sur un cessez-le-feu à Ghaza:  Le Conseil de sécurité examine la mise en œuvre
L’Algérie va peser de son poids diplomatique.

Après la résolution historique exigeant un cessez-le-feu immédiat, durable et inconditionnel à Ghaza, l’Algérie et les neuf membres élus au Conseil de sécurité ont commencé hier à examiner les mécanismes permettant à l’ONU de suivre la mise en œuvre de cette résolution.

Des réunions ont été organisées à cet effet et des consultations seront lancées prochainement afin de proposer des formules de ce suivi. Il s’agit de veiller à ce que l’occupant israélien respecte les obligations et les engagements qui lui incombent et se conforme aux mesures et décisions prises par la communauté internationale.

Selon les milieux diplomatiques, les premiers points à examiner lors de ces réunions seraient de faire cesser immédiatement l’agression sioniste, les bombardements systématiques sur les infrastructures existantes et les voies de communication, afin de garantir l’acheminement inconditionnel et sans restriction des aides humanitaires destinées aux populations civiles palestiniennes.

D’ailleurs, le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, l’ambassadeur Amar Bendjama, a affirmé avant-hier que « la résolution 2728 doit être pleinement mise en œuvre. La Charte des Nations unies est claire, les résolutions du Conseil de sécurité sont contraignantes. Elles ne sont pas partiellement contraignantes ».

Dans une allocution prononcée lors de la réunion mensuelle du Conseil de sécurité sur la Palestine, M. Bendjama a soutenu que « la paix et la sécurité internationales sont des questions très graves qui ne doivent pas être abordées à la légère ».

« Dans le cas contraire, c’est l’existence même de cet organisme qui est remise en question », a-t-il averti, réaffirmant, à l’occasion, le soutien constant de l’Algérie au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, face aux campagnes de diffamation dont il est la cible.

Selon le représentant permanent de l’Algérie, « la dernière agression contre Ghaza marque un nouveau chapitre dans une longue histoire de violations flagrantes et systématiques des droits du peuple palestinien », ajoutant que « l’attaque cruelle à Ghaza a déclenché une tuerie qui cible quiconque ose sortir des limites de l’oppression ». Il en veut pour preuve « le bilan stupéfiant, avec plus de 32 000 morts, principalement des femmes et des enfants, en plus de 74 000 blessés dont 12 000 handicapés ».

« Il est choquant de constater que le nombre d’enfants tués à Ghaza dépasse le nombre total d’enfants perdus dans le cadre de tous les conflits mondiaux des quatre dernières années », a-t-il regretté. « Il s’agit d’une attaque contre l’avenir et l’existence même du peuple palestinien dans sa patrie », a-t-il ajouté, relevant que « les crimes perpétrés par les forces d’occupation ont dépassé toutes les limites imaginables de la décence ».

Alertant, une nouvelle fois, sur la dégradation de la situation humanitaire à Ghaza, M. Bendjama a condamné « la décision de la puissance occupante de ne pas autoriser les convois de l’UNRWA à entrer dans le nord de Ghaza », qualifiant, à ce propos, l’agence onusienne d’« épine dorsale de l’action humanitaire à Ghaza et d’irremplaçable », dénonçant « une guerre de famine ».

Par ailleurs, M. Bendjama a appelé le Conseil de sécurité à « explorer de toute urgence les moyens d’assurer la pleine mise en œuvre de la résolution 2334 avant que toute perspective d’un Etat palestinien ne soit ruinée par l’emprise inébranlable des colons et des colonies ».

« Malgré le consensus international sur leur illégalité, ces colonies continuent de proliférer chaque mois, tandis que le Conseil de sécurité peine à faire appliquer la résolution 2334, votée il y a 8 ans », a-t-il déploré.

Il a conclu en réitérant le « soutien et l’engagement permanents » de l’Algérie à « collaborer avec toutes les parties prenantes pour préserver les droits du peuple palestinien et lui permettre d’exercer son droit légitime à l’autodétermination, et d’établir un Etat palestinien indépendant avec Al-Qods pour capitale ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email