Réouverture des frontières terrestres avec la Tunisie – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Réouverture des frontières terrestres avec la Tunisie

Réouverture des frontières terrestres avec la Tunisie

Bonne nouvelle pour les agences de voyages. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, ce mardi la réouverture des frontières terrestres avec la Tunisie, fermées depuis 2020 en raison de la Covid-19.

A l’aéroport d’Alger, aux côtés de son homologue tunisien Kais Saied, qui s’apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, M. Tebboune a précisé que la décision d’ouvrir les frontières a été prise de concert avec le président tunisien et que la date a été fixée au 15 juillet. 

Longtemps réclamée, cette décision a été bien accueillie par les agences de voyages algériennes, dont la majorité du business reposait sur le marché tunisien, notamment en été, à travers l’organisation de voyages par bus, lesquels reviennent moins cher aux citoyens. 

Le propriétaire de l’agence Souidania Tours, sise à Souidania (Alger), a salué la décision du président de la République « longtemps attendue » car, explique-t-il au Jeune Indépendant, 80% du travail de l’agence avant la Covid-19 concernait la Tunisie. « A l’instar des agences de voyages, nous avons subi les répercussions de la pandémie, causant l’arrêt total de notre activité, et ce pendant deux ans ». 

Néanmoins, poursuit-il, « à l’ouverture des frontières aériennes, le tourisme est resté limité à cause de la flambée des prix des billets d’avion ». Le propriétaire de l’agence Souidania Tours relève qu’un vol Alger-Tunis est proposé à partir de 39 000 DA/personne. En revanche, le voyage par bus ne dépasse pas les 4 000 DA/personne. Il fait savoir qu’un séjour de 8 jours en Tunisie par bus dans un hôtel 4 étoiles coûte environ 40 000 DA. Ce qui fait une grande différence.

De leur côté, les professionnels et acteurs du secteur touristique tunisien ont, à maintes reprises, réclamé la réouverture des frontières terrestres. Des appels qui ont été rapportés par la presse tunisienne, comme l’agence officielle TAP (Tunis Afrique presse), qui a diffusé les déclarations du président de la Fédération tunisienne des agences de voyages (FTAV), Ahmed Bettaieb, insistant sur le retour des touristes algériens pour sauver la saison d’été, préconisant ainsi la signature d’un accord entre les deux gouvernements pour l’organisation de voyages par bus entre les deux pays, et ce après la réouverture des frontières entre les deux pays.

Le site Tunisie-Tribune a, lui aussi, indiqué que la présidente de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH), Dorra Milad, a souligné en début du mois de juin, lors d’une rencontre-débat sur le thème « Tourisme algérien en Tunisie : quelles perspectives pour la saison 2022 ? », la nécessité de l’intervention des autorités pour rouvrir, avant le début du pic de la saison, les postes frontaliers terrestres entre la Tunisie et l’Algérie, principales portes d’entrée des touristes algériens (avec un taux de 93%). 

Pour le directeur central de la promotion à l’Office national tunisien du tourisme (ONTT), Lotfi Mani, la décision de rouvrir les frontières est une décision algérienne souveraine qui doit être respectée et n’a pas d’impact sur les relations tuniso-algériennes.

Il rappelle, à ce sujet, qu’avant la pandémie du coronavirus, plus de trois millions d’Algériens se rendaient chaque année en Tunisie, selon des médias locaux. Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021, tandis que le trafic routier se limitait au transport de marchandises.

Il convient de noter que la fermeture des frontières terrestres avec la Tunisie n’est pas une décision politique ou sécuritaire ; elle est uniquement liée à la situation sanitaire. Dans ce cadre, le président Tebboune avait précisé que « la situation sanitaire globale et le principe de précaution ont imposé des décisions qui ont été prises pour assurer la sécurité des citoyens algériens. Abdelmadjid Tebboune avait alors assuré que l’ouverture des frontières terrestres dépendra du rythme de vaccination des Algériens ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email