-- -- -- / -- -- --
Culture

Réouverture de la salle de cinéma de Berrouaghia

Réouverture de la salle de cinéma de Berrouaghia

C’est incontestablement la meilleure nouvelle qui a été donnée par les autorités locales annonçant la réouverture prochaine au public de la salle de cinéma de la ville de Berrouaghia, après une fermeture qui a duré de longues années.

C’est une nouvelle qui n’a pas fait plaisir seulement aux cinéphiles, mais aussi à la population qui voit ainsi revivre un endroit qui constitue un patrimoine ancien du mobilier urbain et qui a subi la patine du temps et le manque d’entretien.

La salle de cinéma de la ville des Asphodèles (Berrouaghia), dont la construction remonte à la période coloniale, a vu défiler les plus prestigieuses troupes de théâtre des années fastes du père des arts et la projection de films les plus en vue de l’époque.

Il aura fallu attendre plusieurs années pour qu’enfin les autorités concernées décident de récupérer une infrastructure qui a toujours symbolisé une période marquée par une activité culturelle intense et des débats de haut niveau de l’intelligentsia locale. Pour cela, une enveloppe financière d’un montant de 6 milliards de cts a été débloquée par la direction de la culture pour les besoins de l’opération d’aménagement et d’acquisition de nouveaux sièges et des équipements modernes, dont des appareils de projection numériques de 35 mm, est-il indiqué.

C’est désormais une salle entièrement rénovée qui sera dévoilée au public à l’occasion de la célébration de la journée du 20 août, conformément au délai fixé dans le cadre de la convention conclue entre l’APC et l’entreprise réalisatrice.

Avec cette précision de taille des élus que, désormais, la salle de cinéma rénovée ne recevra plus de manifestations autres que culturelles et que plus jamais il ne sera autorisé de tenue de meetings politiques ou de réunions de quelque nature que ce soit, déclare-t-on.

Cette mesure vise à mieux préserver un joyau urbain qui, jadis, offrait sa scène aux plus grandes troupes dont celle de Bachtarzi et a vu naître de nombreux comédiens de talent, dont le défunt Hassan El-Hassani.

La nouvelle a de quoi réjouir si l’on sait que le nombre de salles de cinéma n’a cessé de se rétrécir comme une peau de chagrin, et que celles encore en exploitation ne cessent de subir des détériorations de toutes sortes, du fait du détournement de leur vocation première, souvent à des fins bassement mercantiles.

En effet, la situation est plus dramatique lorsqu’on évoque les salles de cinéma qui existaient au chef-lieu et que l’une d’elles a été entièrement consumée par le feu au cours de la décennie noire et dont le site a été proposé à la vente pour la réalisation d’un parking, alors que la deuxième a servi de transit pour des familles ayant fui le terrorisme puis a été évacuée et fermée, tandis que la troisième, pour des raisons inexpliquées, est tombée en ruine. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email