-- -- -- / -- -- --
Nationale

Rentrée scolaire: Les écoles nettoyées à fond

Rentrée scolaire: Les écoles nettoyées à fond
La Covid_19 menace l'école

C’est ce mercredi 21 octobre que les élèves du cycle primaire rejoindront les bancs de l’école. A la veille de la rentrée scolaire, les écoles se sont préparées à accueillir les enfants et à respecter les mesures sanitaires pour éviter les risques de coronavirus.

Depuis que le gouvernement a annoncé les dates définitives de la rentrée scolaire, une question se pose : comment la rentrée va-t-elle se passer alors que les autorités sanitaires parlent de cas de contamination en hausse et qu’une deuxième vague épidémique n’est pas à  écarter. En plus des plannings et des programmes, toute la communauté éducative doit organiser minutieusement la mise en œuvre du  protocole Covid-19.
Désinfection, nettoyage de classes et des sanitaires et coup de peinture. Les responsables des établissements scolaires sont à  pied d’œuvre.

Ils mettaient ce mardi les dernières retouches pour permettre d’ouvrir les portes des écoles dans les meilleures conditions.

Une virée dans quelques établissements scolaires à Boudouaou, dans la wilaya de Boumerdès, nous a permis de voir de près les préparatifs d’une rentrée scolaire tant attendue et tant appréhendée. Confiant, Said Belkacemi, directeur de l’école primaire Moukour-Aissa, assure que tout est prêt pour entamer une année scolaire des plus compliquées. Le directeur, qui suivait de près l’opération de nettoyage au sein de son établissement, nous a déclaré qu’il « était temps de renouer avec l’école, même si le risque existe toujours ». « Les enfants ne peuvent pas s’éloigner plus de l’environnement scolaire. Huit mois, c’est déjà beaucoup et plusieurs élèves auront du mal à s’adapter, d’autant plus que le contexte de cette rentrée est particulier », a-t-il indiqué. Le directeur, qui nous a convié à visiter son école, a tenu à assurer que le protocole sanitaire décidé par les autorités sera appliqué dans le but de préserver la santé des élèves et des enseignants ainsi que de tout le personnel scolaire. D’ailleurs, c’est ce que nous avons constaté sur place. « Nous avons prévu une bonne quantité de gels hydro-alcooliques, nous avons procédé aussi au marquage au sol et nous avons affiché un peu partout les consignes à suivre par les élèves en classes », a affirmé le directeur. Ce dernier a soulevé le problème de l’approvisionnement en gel désinfectant. « Pour le moment, on peut  se dépanner avec la quantité que nous avons pu acquérir, mais dans quelque temps, on ne sait pas comment on va faire, surtout qu’on n’a pas les moyens », a-t-il regretté. Il a ajouté que les bavettes poseront aussi problème car, selon lui, beaucoup de familles ne seront pas en mesure de mettre à la disposition de leurs enfants des bavettes quotidiennement. M. Belkacemi lance un appel aux autorités pour trouver un moyen de mettre à leur disposition suffisamment de bavettes. Un peu plus loin, au CEM Mohamed Mehssas, les travaux vont bon train. Le responsable de cet établissement a opté pour la rénovation des quelques classes qui étaient réservées auparavant au matériel défectueux. Pour son premier responsable, M. Zergani, la reprise est inévitable. C’est pour cela qu’elle doit se faire dans de meilleures conditions pour éviter la propagation du virus en milieu scolaire. Il assure que «le protocole sanitaire a déjà été mis en place. Le gel hydro-alcoolique est mis à disposition des élèves et des consignes ont été données pour le port obligatoire du masque, le respect de la distanciation et enfin l’interdiction des rassemblements dans la cour», a-t-il précisé. « Nous allons faire appel au bon sens des personnels pour l’application stricte du protocole sanitaire. Cela va certainement pas être facile, surtout pour les enseignants, mais nous allons faire de notre mieux. C’est la santé de nos enfants qui est en jeu », a-t-il affirmé.

Les élèves obligés de porter le masque
Les élèves des trois cycles de l’éducation nationale seront obligés de porter le masque à  l’intérieur de l’établissement solaire, a affirmé le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid. Selon le ministre, le port du masque fera bel et bien partie du protocole sanitaire.  Pour se justifier et donner davantage d’informations, le ministre a indiqué que l’épidémie de coronavirus n’épargne personne, même les enfants âgés de moins de 14 ans. Pour les spécialistes de la santé,  le port du masque est le seul moyen de protéger l’enfant et son environnement, même si cela ne semble pas évident pour les élèves et pour les enseignants, car ces derniers auront du mal à articuler. Cependant, les spécialistes insistent sur le fait de porter des bavettes qui protègent vraiment, telles que les bavettes chirurgicales, parce que, dit-il, la plupart des masques portés actuellement à l’extérieur ne protège pas à 100%. Le but n’est pas de porter une bavette mais de se protéger. Mais la question qui taraude les esprits est : l’Etat sera-t-il en mesure de mettre à la disposition des écoles des masques au quotidien ? Et les parents qui ont plusieurs enfants scolarisés pourront-ils acquérir des bavettes tous les jours, sachant que les prix de ces dernières ne sont pas à  la portée de tout le monde ?

Les parents entre soulagement et craintes
Les parents, qui ont aussi un rôle à jouer pour assurer la protection de leur progéniture, sont soulagés de voir enfin leurs enfants renouer avec l’apprentissage après près de huit mois de vacances. Cependant, ils ne manquent pas d’exprimer leurs craintes quant à l’application du protocole sanitaire. Une pression accentuée du fait de la hausse des cas de contamination ces derniers jours. Aussi, l’application d’une série de mesures pour empêcher la propagation du virus et une contamination collective est indéniable.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email