-- -- -- / -- -- --
Nationale

Rentrée scolaire  : Grogne des adjoints de l’éducation 

Rentrée scolaire  : Grogne des adjoints de l’éducation 

La prochaine rentrée scolaire s’annonce plutôt chaude et perturbée. Outre la Confédération des syndicats algériens (CSA), qui n’écarte pas le retour à la protestation après l’évaluation de la rentrée sociale et scolaire, les superviseurs et adjoints de l’éducation menacent, à leur tour, de boycotter la prochaine rentrée scolaire et d’observer une grève nationale de deux jours, les 21 et 22 septembre.  

En effet, le Syndicat national des superviseurs et adjoints de l’éducation (SNSAE) menace de renouer avec la protesta dès la prochaine rentrée scolaire. Un mouvement de protestation qui sera appuyé par un méga-rassemblement à Alger, devant l’annexe du ministère de l’Education, à Ruisseau (Alger), le 18 septembre, « en signe de protestation contre la non-satisfaction des doléances de cette catégorie de fonctionnaires », soutient-on. 

Le syndicat veut dénoncer à travers ces mouvements « la sourde oreille du ministère de l’Education dans le règlement du dossier des corps en voie de disparition ». Dans un communiqué rendu public, le SNSAE explique qu’« après avoir épuisé toutes les voies réglementaires pour faire valoir ses revendications socioprofessionnelles, le syndicat a décidé, « à l’issue d’une réunion de son bureau national, dimanche dernier, d’observer deux jours de grève nationale les 21 et 22 septembre prochain, soit, le premier et le deuxième jours du retour des élèves en classes, avec des rassemblements à travers les différentes wilayas du pays le 21 du mois en cours ». 

Les adjoints d’éducation boycottent déjà, depuis la rentrée des fonctionnaires à la fin du mois d’août, toutes les activités administratives, en guise de protestation contre la mouture du statut particulier qui consacre, selon eux, « l’exclusion et la marginalisation » de leur catégorie. Accusant le ministère de l’Education nationale d’avoir fermé les portes du dialogue, le syndicat regrette qu’aucune de ses propositions ne soit prise en compte dans l’élaboration du statut particulier. Un texte qui tend à « réduire le rôle de cette catégorie et d’en faire des fonctionnaires polyvalents soumis aux ordres de différents pouvoirs au sein des établissements scolaires », a indiqué le SNSAE dans le même document. 

 C’est pour cette raison qu’ils appellent le ministère de tutelle « à revoir les articles » concernant leur catégorie dans le texte du statut, et « à prendre en compte » ses propositions, notamment en ce qui concerne « le recrutement, l’intégration, les promotions et la définition des missions ». Ils exigent également des solutions pour les catégories en voie de disparition (adjoint d’éducation et adjoint principal d’éducation) en leur permettant d’accéder aux catégories de base de superviseur, ainsi que « le règlement du dossier des personnels intégrés en tant que superviseurs dans les trois paliers, conformément aux dispositions de l’article 5 du décret exécutif n°19-336 ». 

Il convient de préciser que le Syndicat national des superviseurs et adjoints de l’éducation menace d’aller vers une grève ouverte si ses revendications ne sont pas prises en charge.  

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email