-- -- -- / -- -- --
Nationale

Renouvellement de la structure de wilaya

Renouvellement de la structure de wilaya

La grande famille du Front des forces socialistes (FFS) s’est réunie hier, dans la grande salle de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou à l’effet de procéder au renouvellement de la structure fédérale de wilaya.

Ce rendez-vous a été aussi l’occasion pour les congressistes de réaffirmer la position de leur parti par rapport au présent et à l’avenir du pays comme il sera aussi une occasion pour rendre un vibrant hommage à la mémoire du fondateur du FFS, feu Hocine Aït-Ahmed.

Cet hommage, fortement émouvant, s’est traduit par la projection d’un film vidéo sur les grandes sorties médiatiques et sur le terrain de Hocine Aït-Ahmed. Les premières images ont montré son enterrement. La suite a été consacrée sa jeunesse, durant la guerre de libération nationale et après l’indépendance du pays, et enfin juste avant et après les réformes politiques de 1989. L’émotion était vive à la vue du film.

Le second point avant les travaux devant se dérouler à huis clos a été le discours du premier secrétaire du parti, Mohamed Nebbou. C’est à travers ce discours qu’a été réaffirmée la politique du FFS laquelle s’inscrit en droite ligne, dans la pensée de bon Hocine Aït-Ahmed.

Dès le début de son discours, Mohamed Nebbou dira qu’un congrès « est un moment de retrouvaille entre militants, un moment de rassemblement, d’échange et de débat d’idées ; une opportunité pour réaffirmer notre engagement militant et notre serment de fidélité à nos valeurs et à nos principes fondamentaux ».

Il a mis l’accent sur les moments forts des fédérations de son parti et a précisé que celui de la fédération de Tizi-Ouzou « a toujours été particulier ». « Ce que cette dernière a vécu lors des funérailles de notre président illustre parfaitement la responsabilité qui est entre les mains des militantes et militants de cette fédération « , a affirmé l’orateur.

Après avoir longuement expliqué le rôle des fédérations et les moyens d’y accéder, Nebbou entamera le chapitre de la vie politique nationale où il dénoncera ouvertement des positions qui sont contraires aux attentes du peuple algérien, ainsi que la gravité de la situation actuelle que vit le pays, surtout après la chute des prix du pétrole a levé le voile sur pas mal de lacunes.

« Les répercussions de la crise et les effets néfastes de la politique d’austérité se font sentir de plus en plus. La cherté de la vie, la dégringolade de la monnaie nationale, accable nos concitoyens qui s’enlisent dans la précarité et la pauvreté. » S’agissant de la révision de la Constitution, le FFS la considère comme « un nouveau coup de force constitutionnel « puisque deux semaines après sa « reconnaissance « , rien n’a changé dans « le vécu quotidien des Algériennes et des Algériens « .

La crise libyenne et l’Union du Grand Maghreb constituent aussi des dossiers lourds pour le FFS. Nebbou dira à ce sujet : « Lors de la dernière session de notre conseil national, nous avons tiré la sonnette d’alarme sur les conséquences désastreuses qu’engendrerait une intervention militaire étrangère en Libye.

Cela découle de notre doctrine refusant toute forme d’intervention dans les affaires d’un Etat souverain, de notre attachement aux solutions politiques pour le règlement des conflits et de notre refus des politiques de la guerre qui aboutissent souvent à la destruction des Etats et à des situations humanitaires catastrophiques.

Au moment où les ensembles régionaux se multiplient et s’érigent comme la façon la plus appropriée pour résister à un ordre mondial dévastateur, la non-construction du Maghreb pénalise tous les peuples de la région et s’avère irresponsable, voire suicidaire. 

L’édification démocratique du Grand Maghreb est pour le FFS un projet stratégique, une revendication et une exigence, à la fois historique, politique et économique. C’est la seule option qui peut garantir la paix, la stabilité et le développement pour les peuples et les pays de la région.

Cette construction ne peut se concrétiser sans dépasser les calculs étriqués et les visions étroites des pouvoirs en place, qui arrangent les intérêts des grandes puissances. Nebbou termine son intervention en soulignant que « dans toutes ces luttes que nous menons, la pensée, les idées et le parcours de notre Président, Hocine Aït-Ahmed, continueront à nous éclairer et à nous montrer le chemin pour la construction démocratique de l’Algérie et du Maghreb.

« En dernier, il y a lieu de souligner que deux candidats se sont portés pour la prise de la tête de la fédération de Tizi Ouzou. Le premier est Farid Bouaziz qui vient de voir son mandat arriver à terme. Le second est Nacer Belasla. Les deux ont présenté chacun son programme d’action.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email