-- -- -- / -- -- --
Nationale

Relance de la machine économique: Concertations avec les partenaires sociaux

Relance de la machine économique: Concertations avec les partenaires sociaux

Le Gouvernement a décidé à l’issue du dernier Conseil des ministres de relancer progressivement la machine économique enrayée par l’une des plus foudroyantes épidémies mondiales. L’accélération des mesures pour la mise en place d’un nouveau modèle économique, basé sur l’économie du savoir et la diversification du développement, figure parmi les priorités nationales.

C’est dans cette logique que le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham, a souligné ce mardi la disponibilité de l’Etat à prendre des mesures supplémentaires pour faire face aux effets de la pandémie de coronavirus (Covid-19), en plus des mesures prises précédemment pour sortir, avec le moins de dégâts possible, de la crise induite par cette épidémie.

Lors d’une réunion de concertation avec le partenaire social et économique, au siège de son département ministériel, en vue d’évaluer et contenir l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur industriel, ainsi que les mesures prises pour atténuer ses effets, le ministre a estimé que les propositions du patronat et du partenaire social sont complémentaires aux mesures du Gouvernement. Ces propositions, explique-t-il, sont l’émanation de la réalité du terrain à laquelle les activités des opérateurs économiques font face.

Le premier responsable du secteur se veut ainsi rassurant et résolu à « relancer l’outil de production et sortir l’Industrie des petits ratios de participation au PIB » même lors des conjonctures difficiles.

Étant toujours très critique sur les visions de ses prédécesseurs sur ce secteur, M Ait Ali considère qu’aujourd’hui la pandémie de Coronavirus a mis à nu des défaillances économiques qui seront prises en charge dans le cadre du plan d’action du Gouvernement. Pour lui, il y a urgence de relancer l’économie nationale.

Pour sa part, le Secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha a salué les mesures prises à ce jour, par les pouvoirs publics. Il a appelé à davantage de solidarité pour remédier aux retombées de l’épidémie et à la nécessité de trouver une formule appropriée à même de servir les entreprises, les travailleurs et l’économie nationale.

Cette rencontre a été une occasion pour l’ensemble des responsables et représentants d’autres organisations patronales de soulever leurs préoccupations et présenter des propositions à même de préserver la pérennité des entreprises et d’assurer les salaires des travailleurs, tels la révision des charges sociales des entreprises, les taxes douanières et les facilitations bancaires.

Cette réunion intervient dans le cadre des concertations au niveau de chaque secteur avec les organisations patronales pour définir les contours de la nouvelle politique industrielle censée être orientée vers les petites et moyennes industries ainsi que celles émergentes avec un taux d’intégration intéressant. L’objectif, selon les recommandions du Conseil des ministres tenu dimanche passé, étant de réduire la facture des importations en la matière.

Par ailleurs, le ministre de l’Industrie suite à nombre de requêtes faisant objet du non-respect des procédures de licenciement professionnel, s’est adressée aux responsables des groupes industriels en les sommant de respecter les dispositifs prévus par la

réglementation en vigueur concernant les procédure de gestion des relation de travail. Les raisons de licenciement, ajoute-il, doivent être réelles et fondées sur des faits objectifs et vérifiables. Une injonction qui signifie que le département d’Ait Ali Braham veut se préserver « des litiges insensés et d’une grogne sociale », préférant focaliser sur la mise en œuvre de la nouvelle politique industrielle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email