-- -- -- / -- -- --
Nationale

Rejet de la demande de libération provisoire de Hanoune

Rejet de la demande de libération provisoire de Hanoune

Le Tribunal militaire de Blida a rejeté ce lundi la demande de libération provisoire de la Secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), Louisa Hanoune, selon ses avocats maîtres Mokrane Ait Larbi et Boudjamaa Ghechir.

“La chambre d’accusation a examiné l’appel introduit par la prévenue Louisa Hanoune pour sa libération”, ont-ils indiqué ajoutant que “l’audience s’est déroulée normalement, et après les délibérations, la chambre d’accusation a appuyé la décision du juge d’instruction portant son placement en détention provisoire”.

Mme Hanoune a été convoquée auparavant par le juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida pour être entendue dans le cadre de l’enquête ouverte contre Athmane Tartag, Mohamed Mediène et Said Bouteflika, poursuivis pour “atteinte à l’autorité de l’Armée et complot contre l’autorité de l’Etat”.

Boudjemaa Ghechir, membre du collectif de défense de Hanoune, a précisé que les avocats devront attendre un mois avant d’introduire une nouvelle demande de liberté provisoire, pas avant le 20 juin 2019.

L’avocat Mokrane Ait Larbi a, dans un communiqué daté du 14 mai 2019, indiqué que Hanoune est poursuivie pour « complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité du commandant d’une formation militaire ». La peine encourue varie entre cinq à dix ans de réclusion criminelle, selon l’article 284 du Code de justice militaire.

La seconde inculpation concerne « le complot pour changer le régime », selon l’article 77 du Code pénal. La peine retenue est la peine capitale. « Toute autre accusation portée contre elle est considérée comme une atteinte à son droit à la présomption d’innocence et son droit à la défense consacré par la loi », a soutenu l’avocat.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email