-- -- -- / -- -- --
Culture

Regrouper les pays du Maghreb sous le drapeau algérien

Regrouper les pays du Maghreb sous le drapeau algérien

Sponsorisée par Ooredoo, la salle Ibn Khaldoun, rattachée à l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger, a accueilli ce jeudi en soirée une pléiade d’artistes algériens et maghrébins venus rendre hommage à l’ambassadeur de la chanson algérienne, le regretté El-Hadj El-Hachemi Guerrouabi.

Cette soirée, qui s’inscrit dans le sillon de la commémoration de la journée du 11 décembre 1960 et du soixantième anniversaire du premier Novembre, a été organisée à l’initiative de l’association Guerrouabi présidée par Mme Chahira Guerrouabi.

L’évocation de cette journée du 11 décembre 1960 a marqué tout le long de la soirée la scène artistique. Un documentaire a été projeté en début de représentation, démontrant la féroce répression des forces colonialistes empêchant le déroulement d’une manifestation pacifique réclamant l’indépendance de l’Algérie.

Ce rendez-vous a voulu être, comme l’a souligné Mme Chahira Guerrouabi, un regroupement des artistes des pays du Maghreb, chantant un des leurs, El-Hadj El-Hachemi Guerrouabi, dont la mémoire reste éternelle dans tous les cœurs. Ainsi, Nabiha Karawli, venant directement de Tunis, a charmé pendant un long moment le public algérien qui comptait la présence du ministre de la Communication Hamid Grine, des représentants du Premier ministre, de la ministre de la Culture et aussi des noms illustres de notre famille artistique à l’image de Tahar Fergani, Djamel Allem, Hamdi Bennani. La grande star de la chanson marocaine Abdelwahab Doukali était également présente. Cette voix sublime de la chanson maghrébine a gratifié l’auditoire d’un bouquet de ses meilleurs titres.

Un chanteur palestinien, Hakem Aderahmane, était aussi l’invité de cette soirée en hommage à El-Hadj Hachemi Guerroubi. Avec une voix débordante d’émotion et s’accompagnant du luth, il a chanté les épreuves douloureuses vécues par le peuple palestinien, et terminé son récital par un texte chanté qu’il a personnellement écrit glorifiant les martyrs du 11 décembre 1960.

Les artistes algériens ont marqué cette soirée au début, avec le récital de Hamidou faisant revivre les titres du regretté Guerrouabi et à la fin, la venue sur scène de Sid-Ali Driss, neveu de cet illustre disparu, interprétant une chanson phare de ce monument de la chanson algérienne, la célèbre Djazaïr, zinet el-bouldane.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email