-- -- -- / -- -- --
Nationale

Refus massif contre la division et la haine

Refus massif contre la division et la haine

Pour le 7e vendredi de suite la capitale a été ce vendredi le théâtre des marches imposantes et une mobilisation sans relâche des millions d’algériens.
Après la démission du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le peuple continue à réclamer le départ de tous les symboles du système dans une atmosphère pacifique.
Depuis tôt le matin les foules avaient investi les marches de l’édifice de la Grande Poste, qu’elles ont orné avec de gigantesques banderoles et pancartes. Par-là les manifestants adressent une foultitude de messages, qui vont grosso modo dans le même sillage. C’est notamment la vision axée sur l’unité du peuple autour d’un changement radical établi de façon « intramuros » qui a été mise en valeur par la plupart des marcheurs ayant sillonné les grandes artères d’Alger-Centre. Parmi les slogans les plus remarquables « kowatona fi wihdatina » (notre unité fait notre force), « nos cultures et nos dialectes sont multiples, mais les Algériens agissent comme un seul homme » « echaâb yourid djamhoria madania bi mabadi nouvembria » ( le peuple veut une république civile selon les principes novembristes)…
Le fait phare de ce 7e vendredi est le carré des féministes. Il s’agit de quelques dizaines de femmes qui se donnent rendez-vous devant le portail de la faculté centrale pour revendiquer « une Algérie libre et démocratique » en mettant l’accent en particuliers sur les droits des femmes. Les point de vue sur cette initiative diverge entre adhérent et opposant. Wardia une dame de 62 ans qui manifestait au carré des féministes estime qu’« On ne pourrait jamais parler de liberté du pays sans parler de la liberté de la femmes et la protection de ses droits ». Silia âgée à peine de 22 ans appartenant à ce « courant » considère que « pour ceux qui nous disent que ce n’est pas le moment d’évoquer la question des droits de la femme, je leur dis c’est le bon moment et nos revendications ne vont pas au sens contraire de nos concitoyens ».
Par ailleurs, l’initiative des féministes n’a pas été appréciée par nombre de marcheurs, jugée comme une action qui pourrait conduire vers la division et la haine entre Algériennes et algériens. A ce propos, Adnane Chebine, un manifestant ayant participé à toutes les marches depuis le 22 février dernier et doctorant à l’université d’Alger « 3 » spécialisé en gestion des conflits et construction de la paix, estime que ce mouvement préserve son pacifisme et le mot d’ordre est toujours le même « le départ de tous les tenants du pouvoir actuel en vue de mettre les jalons de la nouvelle république ». Nonobstant, notre interlocuteur signale que le mouvement est ciblé et fait l’objet de tentatives de détournement de son objectif initial. « Nous devons attirer l’attention sur certaines tentatives d’infiltrer le mouvement populaire par des groupes occultes ». Et de poursuivre « des parties étrangères visant à orienter l’opinion publique internationale en se focalisant sur des questions secondaires voire susceptibles de diviser le peuple ». Ce chercheur en sciences politiques, indique que des Organisations non gouvernementales (ONG) en connivence avec les médias étrangers tentent depuis quelques semaines de semer la zizanie au sein du mouvement, voire créer des dérives sécuritaires ». Ces médias veulent à tout prix véhiculer une image « ternie » sur l’Algérie à l’opinion internationale. « Je tiens de ce fait à appeler tous les Algériennes et algériens à plus de vigilance et de prise de conscience pour faire barrage à ceux qui attentent à l’unité et la sécurité de notre pays », lance Adnane. A ses yeux le peuple est sorti uni depuis la première marche pour demander la protection des droits des algériennes et algériens sans ségrégation. Cette révolution populaire a un grand défi, celui de construire un Etat de droit. Conclut-il.
Au fil des semaines, la mission de faire aboutir les objectifs du mouvement populaire devient de plus en plus ardue. Après avoir réalisé un bon parcours jusqu’à présent, Le peuple algérien doit être conscient de l’ampleur de l’épreuve à laquelle est soumis. La vigilance et la mobilisation pacifique sont plus que jamais de mise

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email