-- -- -- / -- -- --
Nationale

Réformes de l’industrie pharmaceutique : satisfecit du SNAPO

Réformes de l’industrie pharmaceutique : satisfecit du SNAPO

Le président du Syndicat National des Pharmaciens d’officines ( SNAPO), Messaoud Belambri a salué les décisions prises par le Président de la République, lors de la dernière réunion du Conseil des ministres, visant la relance du secteur de l’industrie pharmaceutique, et qui s’inscrit dans la nouvelle approche économique.

Ces décisions visent à prendre en charge tous les aspects liés à l’industrie pharmaceutique, et donner un nouveau souffle à cette industrie, a indiqué le président  du SNAPO, lors de son passage mardi  sur les ondes de la chaine I de la radio nationale.
« L’État cherche à créer une véritable industrie pharmaceutique à travers des projets programmés par le groupe Saidal », s’est-t-il réjouit, soulignant que les recommandations et décisions prises par le Président de la République dans le secteur pharmaceutique agissent comme une incitation à aspirer à une industrie pharmaceutique prometteuse.

Belambri a salué aussi la volonté  du chef de l’État à assurer un accompagnement au groupe Saidal qui, selon lui, reste un exemple et un pionnier dans le domaine de l’industrie pharmaceutique. L’interlocuteur a relevé tout de même que le groupe pharmaceutique faisait l’objet de beaucoup d’obstacles de la part des lobbies importateurs qui visaient à le détruire. La relance de Saidal figure, en effet, parmi les recommandations du Président qui a ordonné de l’accompagner pour lui permettre de recouvrer son leadership en matière de production de médicaments et de récupérer sa précédente part du marché national.

Concernant le projet du laboratoire d’insuline, M. Belambri a fait savoir que ce dernier réduira considérablement la facture d’importation. Dans un autre contexte, le président du SNAPO a fait part de son étonnement devant « l’implication des lobbies et des laboratoires de la drogue dans l’importation illégale, en créant le chaos et la pénurie sur le marché du médicament ».
Belambri a attribué la rareté de certains médicaments sur le marché au manque de suivi des importateurs en charge de l’approvisionnement de ces médicaments, en plus du monopole pratiqué par certaines parties pour des médicaments bien précis. Concernant l’activation de l’agence nationale de l’industrie pharmaceutique, M. Belambri a indiqué que dans le passé l’agence ne disposait pas des moyens matériels et humains pour s’acquitter de ses tâches, soulignant que le rôle de l’agence n’est pas économique et que sa tâche principale est de surveiller la santé et de contrôler l’activité du laboratoire.

Sur le retard dans la publication des textes d’application de la loi sur la santé, à l’exception de certains dispositifs, l’invité a affirmé qu’il y avait beaucoup de travail en cours à cet égard, et « nous espérons qu’il n’y aura pas d’ingérence dans les pouvoirs entre les ministères de la santé et l’industrie pharmaceutique ».

Il est à rappeler, que les instructions du Président portent, notamment,  sur la relance de la production nationale afin de «réduire la facture d’importation de 400 millions de dollars d’ici à la fin de l’année en cours. Abdelmadjid Tebboune a insisté sur la nécessité d’adapter le marché du médicament en Algérie à la nouvelle approche économique, visant à encourager la production nationale en préservant la devise et la santé du citoyen. Il est question également d’accorder à l’Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP), placée sous la tutelle du ministère de l’Industrie pharmaceutique, les prérogatives de réguler et d’organiser le marché et de développer l’industrie pharmaceutique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email