Réforme de la santé : «Une nécessité absolue» – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Réforme de la santé : «Une nécessité absolue»

Réforme de la santé : «Une nécessité absolue»

En débat durant deux jours, la réforme du système de santé s’impose. Cette réforme est une nécessité absolue, selon le professeur Djamel-Eddine Nibouche, chef du service de cardiologie au centre hospitalo-universitaire Nafissa-Hamoud (ex-Parnet). Il estime que cette réforme doit passer par la numérisation.  

Le système de santé, qui ne cesse de faire l’objet de critique par les professionnels de la santé, lesquels déplorent les conditions de travail et le manque de moyens, mais aussi par les usagers qui se plaignent de la qualité des soins et surtout de l’accès à ces derniers, a été au centre des débats à l’occasion de la tenue des assises nationales de la santé. La réforme du système de santé est donc plus que nécessaire, et ce de l’avis même des professionnels de la santé. 

Le professeur Djamel-Eddine Nibouche a d’ailleurs souligné cette nécessité. «La réforme du système de santé est une nécessité absolue», a-t-il affirmé ce lundi sur les ondes de la Chaîne 3, signalant la désorganisation actuelle de ce système. Selon lui, la réforme

du système de santé se fait partout dans le monde, notamment pour s’adapter aux nouvelles données qui apparaissent, et la crise sanitaire du coronavirus en est un exemple. 

Avançant une véritable feuille de route sur laquelle doit être menée cette réforme, touchant à tous les aspects d’organisation, le chef du service de cardiologie au centre hospitalo-universitaire Nafissa-Hamoud a estimé que cette réforme doit passer par la numérisation pour garantir une meilleure organisation et une efficacité des missions des différents acteurs. 

Car, selon lui, la désorganisation dans l’accès aux soins constitue l’une de nos faiblesses. Raison pour laquelle il a préconisé la numérisation dans le secteur pour une meilleure gestion et organisation, la qualifiant également de «nécessité absolue». «Le manque d’organisation dans l’accès aux soins et l’absence d’évaluation engendrent une conséquence dramatique qu’est le gaspillage», a-t-il expliqué, citant le temps gaspillé dans les hospitalisations mais aussi pour les examens et bilans faits inutilement. Il a, dans ce sens, proposé la création d’une carte de soins numérisée sur laquelle seront enregistrées toutes les informations et données nécessaires du patient, et ce afin de garantir une meilleure prise en charge.

Les participants aux ateliers organisés lors de ces assises nationales de la santé ont aussi plaidé pour la mise en place d’un système de santé moderne à même d’assurer aux Algériens une bonne prise en charge. 

A titre d’exemple, les participants à l’atelier «Prévention, promotion et protection de la santé», ont, entre autres, recommandé la numérisation du système de la santé dans le domaine de la prévention. 

D’autres recommandations ont également été émises par les participants des huit ateliers qui ont traité différentes thématiques, à l’instar de la gouvernance et de la gestion des établissements publics de santé, des métiers et des professionnels de la santé, du financement des établissements publics de santé, de la formation et de la valorisation des ressources. Le président de la République, qui était présent à la clôture de ces assises de la santé, s’est engagé à tenir compte des recommandations élaborées par les participants aux assises.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email