-- -- -- / -- -- --
Nationale

Réforme du système de santé: L’imprévu COVID-19 qui a tout chamboulé

Réforme du système de santé: L’imprévu COVID-19 qui a tout chamboulé

Le programme de réforme du système de santé a été interrompu par l’apparition et la propagation fulgurante du coronavirus en Algérie. Même si la lutte contre le COVID-19 est une priorité, cela n’empêche pas de travailler en parallèle sur ces réformes au risque de se retrouver avec un vide ou cumulé un retard qui serait difficile à rattraper, une fois cette crise sanitaire dépassée.

C’est ce qu’a affirmé,ce mardi, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid qui admet les nombreuses défaillances observées dans l’ensemble des établissements de soins.

Il a affirmé qu’un programme de réformes était en préparation avant que l’épidémie ne survienne. Il cite la création d’une Agence nationale de sécurité sanitaire qui sera chargée d’organiser le fonctionnement de l’ensemble des structures de soins dans le pays. Cette Agence sera donc un organisme de veille sanitaire qui aura la mission d’accréditer et de valider toutes les décisions arrêtées au bénéfice du système de santé.

Elle se présentera, précise-t-il, comme une sentinelle ou un radar de tout l’état de santé et elle sera d’un apport considérable. « Elle aura une autonomie totale et elle sera là pour alerter, guider et valider toutes les décisions du secteur de la santé », souligne le ministre.

Benbouzid a affirmé que tous les autres secteurs et départements sont en stand-by, pas uniquement celui de la Santé. Cependant, le ministre estime que malgré que les efforts soient orientés vers la gestion de cette crise sanitaire, il est nécessaire aussi de travailler en parallèle sur les réformes du système sanitaire national.

« Il ne faut pas qu’on occulte nos priorités et qu’on se retrouve avec un vide ou un retard qui sera difficile de compenser par la suite », précise-t-il, d’autant que des cellules installées au niveau du ministère prennent en charge le COVID-19.

S’agissant de l’évolution de la pandémie en Algérie, le ministre qui s’est exprimé sur les ondes de la radio nationale estime que la situation n’est pas comme celle que nous avions au début de l’épidémie, notamment en raison de faibles moyens de lutte dont le pays disposait. Une situation qui semble-t-il a changé, selon les affirmations du ministre, avec l’acquisition des équipements nécessaires et le développement des moyens locaux.

A ce propos, il affirme que le pays a reçu des millions de masques et que toutes les demandes sont satisfaites. « Nous avons reçu plus de 11 millions de masques et on va encore recevoir 5 millions prochainement », signale-t-il, confirmant au passage le don par un sportif de haut niveau qui préfère garder l’anonymat, de 50 millions de masques.

Affirmant que le meilleur paramètre à mettre en évidence est celui du taux de mortalité qui est resté le même et que les malades mis sous la chloroquine se sont bien rétablis et quittent l’hôpital, Benbouzid estime que le confinement n’est pas « scrupuleusement » respecté.

Une mesure qui peut bien être instaurée d’une manière totale pour les habitants de la capitale. « En cas de flambée de la pandémie, nous serons contraints d’imposer un confinement total », indique le ministre qui dit que les chiffres actuels ne nécessitent pas l’instauration du confinement total, même si Alger se classe en deuxième position en terme des personnes contaminées et décédées après la wilaya de Blida, soumise à un confinement total.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email