Réforme du Conseil de sécurité : L’Algérie mobilise les pays africains – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Réforme du Conseil de sécurité : L’Algérie mobilise les pays africains

Réforme du Conseil de sécurité : L’Algérie mobilise les pays africains
L’engagement de l’Algérie.

La réforme de certaines institutions internationales, notamment celles de l’Organisation des Nations unies, a toujours été un des projets les plus importants de la diplomatie algérienne. L’engagement pris par l’Algérie dans cette démarche exige une mobilisation accrue des pays, qui souffrent des dysfonctionnements de ces institutions qui ne répondent plus aux besoins actuels des peuples des pays du Tiers monde.

C’est pourquoi, Alger a entamé un processus de concertations avec des experts africains pour unifier la position de l’Afrique dans les négociations et les débats qui auront lieu sur cette question entre les gouvernements du monde entier.

Hier, les travaux de la Réunion d’experts préparatoire de la 11e Réunion ministérielle du Comité des dix chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (C10) sur cette réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, prévue aujourd’hui, ont débuté hier au Centre international de conférences (CIC) Abdelatif-Rahal à Alger.

Le C10 a été créé en 2005 pour appuyer la position africaine unifiée dans les négociations gouvernementales en cours dans le cadre de l’ONU. Il est composé de dix (10) pays africains, à savoir l’Algérie, la République du Congo, la Guinée équatoriale, le Kenya, la Libye, la Namibie, l’Ouganda, la Sierra Leone, le Sénégal et la Zambie.

L’Algérie a toujours affiché sa disponibilité à contribuer efficacement à l’effort collectif visant à mobiliser davantage de soutien international en faveur de la position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité, plaidant pour un projet de réforme « global, équilibré et intégré » de cet organe onusien.

Elle a également souligné, à maintes occasions, son engagement à contribuer aux efforts de renforcement et de promotion de la position africaine unifiée concernant la question de la réforme du Conseil de sécurité, notamment en sa qualité de membre non permanent de cet organe onusien, et ce, selon une approche globale et intégrée permettant de corriger l’injustice historique à l’égard du continent africain.

A ce propos, il faut souligner que e chef de la diplomatie algérienne, M. Ahmed Attaf, a rappelé cet engagement en février dernier à Addis-Abeba, en se projetant vers la 12e réunion du comité ministériel des dix, chefs d’Etat et de gouvernement de l’union africaine, chargé du projet.

La représentativité de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité se pose avec acuité. Il est évident que ce continent est victime d’une marginalisation flagrante, alors qu’il souffre de crises, de tensions et de conflits armés. Plus qu’un élargissement de la composante de ce Conseil, l’Afrique réclame au moins cinq sièges de membres non permanents, plaidant en même temps pour des mécanismes de fonctionnement juste, équitable de cet organe névralgique. Il s’agit pour l’Algérie et les autres pays africains d’un projet de réforme globale, équilibrée et intégrée.

Attaf a déclaré lors de son allocution de février dernier en Ethiopie que « l’Algérie tend à œuvrer de concert avec la République de Sierra Leone, pays frère, au niveau du conseil de sécurité, pour tenir une réunion ministérielle de haut niveau entre le groupe des dix et les cinq Etats membres permanents, et ce, en marge de la 79esession de l’assemblée générale de l’ONU ».

Le chef de la diplomatie algérienne a appelé les membres du comité des dix à focaliser leurs efforts collectifs sur trois priorités. D’abord, la nécessité de faire face aux différentes tentatives visant à saper le processus de réforme, d’affaiblir la position africaine commune, ensuite la cristallisation d’un projet de réforme globale et enfin,  l’impératif de se conformer au mandat approuvé par l’assemblée générale de l’ONU de s’inspirer des négociations gouvernementales tenues dans cet hémicycle en tant que cadre rassembleur et consensuel pour la prise en charge du dossier de réforme du conseil de sécurité.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email