-- -- -- / -- -- --
Nationale

Réduction des vacances d’hiver : Les syndicats mécontents

Réduction des vacances d’hiver : Les syndicats mécontents

La décision de la ministre de l’Education nationale de réduire les vacances d’hiver de 15 à 10 jours n’a pas été du goût des syndicats autonomes de l’éducation.

Ces derniers ont dénoncé le fait que la ministre de tutelle n’a pas répondu favorablement à leur demande liée à l’annulation de cette décision prise, selon eux, d’une manière unilatérale ».

Nouria Benghebrit a expliqué jeudi dernier que « la décision portant réduction des vacances d’hiver de 15 à 10 jours répond à des critères internationaux ». « Les vacances d’hiver n’ont pas été écourtées de manière anarchique mais sur la base d’une étude comparative entre l’Algérie et d’autres pays, afin d’adapter les vacances scolaires aux critères internationaux », a-t-elle justifié.

« C’est une mesure qui n’a aucun sens pédagogique. Cette décision sanctionnera doublement les élèves, qui ne bénéficieront pas du repos, tandis que ceux qui sont en classes d’examen ont l’habitude de consacrer les vacances d’hiver aux révisions avec les enseignants.

Avec cette décision, ils sont pris au dépourvu », a déploré le porte-parole du Conseil des lycées d’Algérie (CLA), Idir Achour, avant d’ajouter que « cette décision reflète la mauvaise gestion des responsables du secteur ». « Cette décision pourra être valable pour les élèves du Sud qui font leur rentrée scolaire en retard », a-t-il expliqué.

Ce syndicaliste a dénoncé le fait que le ministère de tutelle a pris cette décision d’une manière unilatérale, sans consultation des partenaires sociaux et des parents d’élèves.
En ce qui concerne l’argument de la ministre qui explique que cette décision répond aux critères internationaux, ce syndicaliste a indiqué que l’emploi du temps dans les autres pays est de 25 heures par semaine alors que chez nous il est de 36 heures.

Pour sa part, le chargé de communication au Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest) s’est dit intrigué par la non-consultation des partenaires sociaux. « La tutelle devrait les (partenaires sociaux) consulter pour tout changement envisagé dans le secteur », a-t-il recommandé.

 Ce calendrier établi d’une manière unilatérale par le département de Mme Benghebrit, sans concertation avec les partenaires sociaux, influera d’une manière négative sur les élèves et les enseignants « , a affirmé pour sa part le chargé de communication du Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email