Recensement des exploitations agricoles à Médéa : L’opération a atteint un taux d'avancement de 50 %  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Recensement des exploitations agricoles à Médéa : L’opération a atteint un taux d’avancement de 50 % 

Recensement des exploitations agricoles à Médéa : L’opération a atteint un taux d’avancement de 50 % 

Des réunions de coordination périodiques consacrées au suivi de l’opération de recensement des exploitations agricoles et des étendues céréalières sont organisées sous la présidence du chef de l’exécutif de wilaya, opération le 13 avril à travers les communes de la wilaya.

Dans le cadre de l’évaluation des travaux de la commission de wilaya chargée du recensement des exploitations agricoles, une réunion a eu lieu, mercredi dernier, en présence du secrétaire général de wilaya, des représentants des secteurs de l’agriculture, des forêts, des chefs des daira et des SG des communes à fort potentiel céréalier.

Dans une communication présentée par le directeur des services agricoles de la wilaya de Médéa concernant ladite opération de recensement des exploitations agricoles, il est fait état de 5105 exploitations s’étendant sur une superficie de 52.200 ha recensées, soit un taux d’avancement d’environ 50 %.   

Après quoi, un délai d’une semaine a été donné aux différentes commissions locales pour achever l’opération de recensement et de suivi des exploitations agricoles, notamment celles appartenant à la filière céréalière, ainsi que la mobilisation de tous les moyens pour les déplacements des agents recenseurs pour l’obtention de données exhaustives.   

L’intérêt accordé à l’opération de recensement et de suivi des exploitations agricoles relève d’une démarche prospective des pouvoirs publics d’anticiper les crises sur les céréales sur les marchés mondiaux, d’assurer une meilleure récolte du blé meunier afin d’éviter de recourir à l’achat massif de l’extérieur où les prix ont atteint des niveaux records. 

D’ailleurs, l’instruction du ministère de l’agriculture et du développement rural donnée aux structures sous tutelle est de tout mettre en oeuvre pour avantager la livraison des récoltes de l’année en cours aux coopératives de céréales et de légumes secs (CCLS) afin de limiter les achats de blé à l’étranger où les cours sont au plus haut niveau. 

Car, selon le ministre de l’Agriculture et du développement rural, M. Henni, «La conjoncture que traverse le monde en matière de couverture des besoins alimentaires des populations impose à tous les partenaires de changer la politique de production adoptée en s’appuyant davantage sur les capacités nationales».  

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email