Rapport de la Banque mondiale sur l’Algérie : Une réaction "exagérée" des médias (PM) – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Rapport de la Banque mondiale sur l’Algérie : Une réaction « exagérée » des médias (PM)

Rapport de la Banque mondiale sur l’Algérie : Une réaction « exagérée » des médias (PM)
Le Premier ministre, Aïmene Benaderrahmane devant les députés.

Le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane a affirmé jeudi que la réaction de médias algériens à la teneur du rapport de la banque mondiale sur l’Algérie était exagérée, en référence à la violente diatribe de l’agence officielle APS contre l’institution de Bretton-Woods.

« Certains médias ont exagéré dans l’analyse de la teneur » du rapport de la Banque mondiale, en le présentant comme un « document uniquement négatif », a déclaré M. Benabderrahmne.

« Même si on n’est pas d’accord sur certaines données, ce rapport regorge d’indicateurs positifs », a souligné le Premier Ministre lors d’une conférence de presse au Palais du gouvernement.

Le Premier ministre a appelé à une « lecture approfondie du rapport », pour « éviter toute sensibilité entre ces institutions et l’Algérie ».

Par ailleurs, M. Benabderrahmane a annoncé que le taux de croissance de l’économie nationale était de 4,1% à fin 2021, faisant état d’une « amélioration constante » de la situation économique en Algérie.

Le Premier ministre a ajouté que « la situation économique de l’Algérie est une exception dans la région, voire par rapport à certains grands pays », estimant que l’Algérie « a su mobiliser les capacités de production nationale, ce qui lui a permis de réduire ses importations et d’éviter de recourir à l’endettement extérieur ou à la planche à billets ».

« Nous n’irons pas à l’endettement extérieur ni encore à la planche à billets », a affirmé le Premier ministre.

Mercredi, l’agence officielle APS a critiqué violemment le rapport de la Banque mondiale sur l’Algérie, accusant cette institution financière de chercher à déstabiliser l’Algérie.
« L’Algérie condamne et rejette dans le fond et dans la forme cette immixtion flagrante de la Banque mondiale. Il s’agit d’une vaine tentative de déstabilisation à la soft power d’un pays qui avance mais qui dérange », a écrit l’APS, sans préciser la partie qui s’est prononcée au nom de l’Algérie.
Avant sa parution, le rapport de la banque mondiale est soumis à l’Algérie qui renvoie ses commentaires sur sa teneur.
Ni la présidence ni le gouvernement n’ont officiellement contesté la teneur du rapport.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email