-- -- -- / -- -- --
Nationale

Rapatriement prochain de harraga algériens de Bosnie

Rapatriement prochain de harraga algériens de Bosnie
Des centaines de migrants coincés en Bosnie

Plusieurs dizaines de ressortissants algériens en situation irrégulière en détention en Bosnie Herzegovine vont être extradés vers l’Algérie dans les prochains semaines, a appris ce mercredi le jeune indépendant de source diplomatique. Cette mesure a été rendue officiellement possible suite à la ratification par l’Algérie et la Bosnie lundi à Paris d’une convention garantissant l’extradition, par la voie légale, des ressortissants algériens réclamés par les deux pays ou faisant l’objet de mesure d’expulsion pour séjour illégal.

L’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud et l’ambassadeur de la Bosnie-Herzégovine auprès de la République algérienne, avec résidence en France, Kemal Muftic, ont procédé, lundi, à l’échange des instruments de ratification concernant trois conventions relatives à l’extradition, à l’entraide judiciaire en matière civile et commerciale et en matière pénale.
Cette convention ouvre la voie à la Bosnie de mettre fin à un casse-tête juridique et un calvaire humanitaire qui dure depuis plusieurs mois comme elle permet aux autorités de récupérer des ressortissants algériens coincés dans cet ancien territoire musulman yougoslave.

Mais le rapatriement prendra du temps compte tenu du fait que les autorités doivent d’abord confirmer l’identité de chacun des ressortissants en détention d’autant que certains ont perdu ou se sont débarrassés de leurs passeports pour ne pas être expulsés en Algérie, a expliqué au Jeune Indépendant la même source.

Au moins 110 ressortissants algériens sont incarcérés en Bosnie-Herzégovine selon les autorités locales à Sarajevo. Les autorités bosniaques nient toute détention de ressortissants étrangers en situation irrégulière mais évoquent plutôt un placement de réfugiés  selon un rapport publié en août par global détention project , une ONG basée à Genève (Suisse) qui traite des cas des immigrants dans le monde notamment au profit des institutions internationale dont l’ONU. Beaucoup d’Algériens en détention ont lancé des SOS dénonçant le mauvais traitement qu’ils subissent de la part des gardiens et des responsables des “camps de réfugiés”.

Des vidéos et des photos d’Algériens placés en détention dans des centres en Bosnie circulent depuis des mois sur les réseaux sociaux témoignant de la situation dégradante dans laquelle ils se trouvent. La majorité déplorent les conditions de rétention qualifié d’inhumaine.
Ces ressortissants font partie des 400 étrangers touchés par les mesures d’expulsion aux côtés d’autres ressortissants originaires de Tunisie, d’Afghanistan, du Pakistan, du Maroc, du Bangladesh, d’Égypte, du Népal et de Turquie.Ces derniers sont placés dans un centre d’immigration dans l’espoir de quitter le territoire de la Bosnie-Herzégovine.

La majorité de ces immigrants clandestins sont arrivés en Bosnie à partir de la Turquie. La plupart sont en détention dans la ville de Bihac dans le nord du pays et dans le camp de réfugiés de Velika Kladusa.
Il est devenu connu de tous les passeurs qu’Istanbul, l’une des grandes villes de la Turquie, est le point de départ des candidats algériens à l’immigration clandestine. Ensuite, cap est mis sur la route des Balkans. Ils traversent la Grèce, la Macédoine, la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et enfin tentent de passer la frontière en Slovénie, premier pays des Balkans membre de l’espace Schengen. Des algériens qui ont réussi a rejoindre des pays d’Europe de l’Ouest ont relaté, dans des vidéos postés sur les réseaux sociaux leurs dangereuses traversées de ces pays.
Certains évoquent des tentatives d’assassinats et des tirs qu’ils essuyaient de la part des gardes-frontières grecs, slovènes et  croates. Des algériens sont morts durant ce périple vers l’hypothétique “Eldorado” de l’Europe de l’Ouest.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email