-- -- -- / -- -- --
Nationale

Raouya présente le financement à l’APN : Planche à billets et garde-fous

Raouya présente le financement à l’APN : Planche à billets et garde-fous

C’est finalement le ministère des Finances qui devra contrôler et suivre la mise en œuvre de la planche à billets. Le premier argentier du pays, Abderrahmane Raouya, a indiqué hier que cette mission sera dévolue à une commission qui dépendra directement de son département.

Devant les membres de la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale, le ministre des Finances a assuré que l’utilisation du financement non conventionnel sera être « rigoureusement encadrée et soumise à un suivi continu ». Selon ses propos, ce contrôle se fera à travers le suivi des critères de performance.

Rappelons que M. Raouya a présenté hier le projet de loi portant amendement de l’ordonnance relative à la monnaie et au crédit.
Ce projet porte essentiellement sur le rajout d’un article 45 bis qui stipule que « la Banque d’Algérie procèdera, dès l’entrée en vigueur de la présente disposition, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l’achat, directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci, à l’effet de participer, notamment, à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds national d’investissement « .

Il est également mentionné dans cet amendement que ce dispositif est mis en œuvre pour accompagner la réalisation de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l’Etat et de l’équilibre de la balance des paiements.

Ce projet de loi fait l’objet de critiques acerbes de la part des milieux politiques de l’opposition et de certaines sphères d’économistes qui brandissent le spectre de la spirale inflationniste.

Dans leurs assertions, la planche à billets est une menace pour la stabilité économique et sociale du pays et constitue un grand danger pour la pérennité de la monnaie nationale, le dinar, déjà assez fragilisée par des actions spéculatives dans les marchés informels des changes et de la devise.

Des appréhensions que le gouvernement tente de dissiper rapidement en promettant que l’usage de cette planche à billets ne se fera pas sans rigueur et sans contrôle. C’est pourquoi M. Raouya veut rassurer tout le monde en rappelant qu’un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de cette disposition sera défini par voie réglementaire.

Il faut souligner que le recours à la planche à billets servira également à renflouer les caisses de deux géants, la Sonatrach et la Sonelgaz.

Cette dernière est concernée par des titres émis en contrepartie du rachat de la dette bancaire, alors que Sonatrach est concernée par des titres en compensation du différentiel sur les prix des carburants importés et de l’eau dessalée.

Pour le Fonds national d’investissement, c’est le Trésor qui va le doter de ressources à titre de prises de participation de l’Etat dans les investissements ou de financements, à long terme, de programmes publics d’investissement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email