-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ramadan: flambée des prix des fruits et légumes

Ramadan: flambée des prix des fruits et légumes

Au deuxième jour comme à la première journée du ramadhan, les prix des fruits et légumes sans citer les autres produits alimentaires, ont battu le record par rapport à celui de 2017.

Pour un peu plus de mille dinars, vous ne pouvez remplir votre couffin qu’avec un kilo de tomate (180 DA), artichaut (170 DA), pois cassés (150 DA), salade (200 DA), poivre vert (160DA), oranges (350 DA) et un kilo de pomme de terre (80 DA). C’est dire combien les prix des fruits et légumes ont atteint leur paroxysme. Si pour certains ménages, les prix des bananes sont à leur portée d’autres, en revanche, et ils sont nombreux, ne s’aventurent pas à acheter un kilo ou plus, se contentent d’acheter deux ou trois bananes, juste pour garder le goût de ce fruit ou le mélanger pour en faire un gâteau. Proposés dans les marchés communaux et dans les locaux commerciaux entre 350 jusqu’à 450 DA le kilogramme, les prix des bananes sont tout simplement les plus chers depuis ces dix dernières années. A côté, les prix des oranges du pays n’ont pas dérogé à la règle puisque ils tournent, quelques jours avant le début du ramadhan, entre 250 jusqu’à 350 DA le kilogramme. Donc, acheter un kilogramme d’oranges et un kilogramme des bananes coûterait quelque 700 DA. Certains, du fait de leurs faibles revenus, ont complètement renoncé à ces fruits, préférant les yaourts dont les prix sont plus cléments, presque. Sans parler des prix fous des autres fruits telles les pommes ou les poires algériennes qui ont atteint 600 DA le kilogramme. Ceux des légumes ont, eux aussi, grimpé d’une manière folle. Au deuxième jour du mois béni, les prix des fruits et légumes au marché de « Bellouta » dans la commune d’Ouled Fayet, réputé comme étant le souk des familles nécessiteuses, sont aussi chers. A la grande inquiétude des consommateurs, le prix des tomates a atteint 180 DA, alors qu’il y a quelques jours seulement elles étaient à 80 DA/kg. Une augmentation de 125% ! Pour les consommateurs que nous avons rencontré lors de notre tournée d’avant-hier, les prix actuels des fruits et légumes sont extrêmement chers et vont encore augmenter d’ici les prochains jours. « Les spéculateurs nous ont toujours habitués à cette horrible augmentation à l’approche de chaque événement national, religieux ou autre » explique Mourad, un douanier au Port Sec de Rouiba. Ce père de famille comme beaucoup d’autres ne sait plus à quel saint se vouer. « J’ai trois enfant et je dois les nourrir mais à quel prix, surtout lorsque la cherté de la vie atteint même les produits alimentaires les plus consommés par les citoyens. Je vous jure que j’achète de moins en moins les fruits pourtant il s’agit des fruits de saison », ajoute-t-il. Un autre citoyen qui a fait ses emplettes raconte : « Avec quelques tomates, navets, courgettes, un chou-fleur, des patates et des oranges, j’ai laissé 1950 Da chez le marchand ambulant », dira Youcef, un employé dans une compagnie pétrolière au Sud. Ce père de famille comme beaucoup d’autres n’a pas mâché ses mots devant l’envolée des prix en ce début du ramadhan. Il compte, comme de nombreux comme lui, recourir à l’argent qui épargné pour surmonter les périodes difficiles. La période du ramadhan, malgré sa grande baraka, est désormais l’une de ces périodes difficiles, car les prix dans les commerces y compris les grandes surfaces montent comme des flèches. « Même les prix du beurre et de la margarine ont augmenté de plus de 70 dinars ? » s’interroge ce père de deux enfants.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email