Raids sionistes meurtriers à Ghaza : L'Algérie appelle le Conseil de sécurité à agir  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Raids sionistes meurtriers à Ghaza : L’Algérie appelle le Conseil de sécurité à agir 

Raids sionistes meurtriers à Ghaza : L’Algérie appelle le Conseil de sécurité à agir 

L’Algérie a fermement condamné les attaques meurtrières perpétrées ce mardi avant l’aube par l’armée sioniste contre des civils palestiniens dans la bande de Ghaza faisant douze morts, parmi lesquels des enfants, et 20 blessés. 

Elle a appelé la communauté internationale, particulièrement le Conseil de sécurité de l’ONU, à «intervenir d’urgence pour faire cesser ces attaques criminelles ». C’est ce qu’indique hier un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger (MAE).

L’Algérie condamne fermement les raids aériens brutaux menés par les forces d’occupation sionistes dans la bande de Ghaza, ayant fait de nombreux martyrs et blessés, dont des enfants et des femmes, a souligné le MAE, exprimant «sa vive préoccupation face à la succession des opérations barbares et à la dangereuse escalade menée par les forces d’occupation à l’encontre du peuple palestinien, qui constitue une violation flagrante de toutes les lois et us internationaux ».

Tout en réitérant son entière solidarité avec le peuple palestinien, l’Algérie appelle la communauté internationale, particulièrement le Conseil de sécurité onusien, à intervenir d’urgence pour faire cesser ces attaques criminelles répétées et systématiques et à imposer le respect des droits du peuple palestinien, avec en tête son droit à instaurer un Etat indépendant avec El-Qods comme capitale, lit-on dans le communiqué.

Ces raids criminels ont visé notamment trois commandants des Brigades Al-Qods, la branche armée du mouvement palestinien, le Jihad Islamique. Les attaques israéliennes surviennent moins d’une semaine après l’annonce d’une trêve obtenue à la suite d’une médiation égyptienne au terme de nouveaux affrontements entre l’armée sioniste et le Jihad islamique consécutive à la mort dans une prison israélienne, de Khodr Adnane, un responsable de ce mouvement en grève de la faim pendant près de trois mois.

Dans un communiqué publié hier matin, le mouvement palestinien a confirmé la mort de trois responsables des Brigades Al-Qods, qu’il a identifiés comme Jihad Ghannam, secrétaire du Conseil militaire des Brigades Al-Qods, Khalil Al-Bahtini, membre du même conseil et commandant des Brigades pour le nord de la bande de Gaza, et Tareq Ezzedine, «un des chefs de l’action militaire» du mouvement en Cisjordanie occupée, qu’il coordonnait à partir de la bande de Gaza.

« Nous pleurons les dirigeants et leurs femmes et un certain nombre de leurs fils qui ont été tués dans un lâche crime sioniste», écrit le Jihad islamique dans son communiqué, affirmant que «le sang des martyrs augmentera la détermination» du mouvement. Israël «a dédaigné toutes les initiatives des médiateurs, la résistance vengera les dirigeants» tués dans la nuit, ajoute le mouvement.

De son côté, Hazem Qassem porte-parole du Hamas, a indiqué que les forces de «l’occupation portent la responsabilité des conséquences de cette escalade ».

« L’ennemi paiera le prix de son crime », affirme un autre communiqué au nom du chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, et selon lequel assassiner des dirigeants (de groupes palestiniens) n’apportera pas la sécurité à l’occupant, mais renforcera plutôt la résistance. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email