-- -- -- / -- -- --
Culture

Raffiner la chanson moderne et traditionnelle

Raffiner la chanson moderne et traditionnelle

En cette fin de mois de mars, l’Orchestre national algérien de variétés vient de donner, sous la baguette du maestro Farid Ouameur, deux concerts sur la scène de la salle Ibn Zeydoun à Ryadh El Feth. Le public algérien redécouvre, sous une forme raffinée, sa chanson moderne et traditionnelle.

A vrai dire, l’Orchestre national algérien de variétés existe depuis de nombreuses années. C’est le directeur de l’Orchestre symphonique national, M. Abdelkader Bouazzara qui l’a fait revivre en impliquant ses musiciens professionnels et en élaborant la chanson moderne et traditionnelle sous forme académique. Depuis cette saison culturelle, l’Orchestre national algérien de variétés est maintenant institutionnalisé.

Rattaché à l’Orchestre symphonique national, ce grand ensemble donne des concerts non seulement dans la capitale mais organise aussi des tournées à l’intérieur du pays. Il était temps de former un tel orchestre, car il était indispensable à la complémentarité de notre monde musical national et cela, pour être aussi en osmose et en parallèle avec l’univers moderne de la chanson, que cet univers soit maghrébin, oriental ou occidental.

Par l’existence de cet orchestre de variétés, une chance unique est offerte à nos chanteurs modernes et ceux du patrimoine de redéfinir et de revaloriser leur art et leur talent. Ces chanteurs revoient leur style en s’affirmant dans leur personnalité. Jusqu’à présent, ils évoluaient dans l’oralité en se faisant accompagner par des musiciens qui appliquaient l’accompagnement musical routinier, qui n’offrait aucune possibilité de perfectionnement et encore moins d’un champ de fixation du titre chanté.

Maintenant avec l’Orchestre national algérien de variétés, le répertoire du chanteur est revisité en profondeur avec le tissu musical repris et illustré dans des partitions, s’adaptant sur mesure et dans la moindre nuance musicale avec la personnalité de ce chanteur. Il n’y a plus de faux pas ou d’hésitation, car tout est régné sur le papier à musique. Pour nos talentueux chanteurs, cette voie est une grande opportunité de se frayer une chemin vers l’international et faire apprécier nos chansons hors de nos frontières.

Pour ces deux concerts à la salle Ibn Zeydoun, le programme a porté sur la redécouverte de voix féminines accompagnées magistralement d’une manière académique. Elles étaient cinq à passer sur scène, Dina Farah, Inel, Manel Hadili, Lewna et Myram Mehidi. Nul doute que leur récital dans cette ambiance peu commune hautement élaborée, fera date dans leur carrière artistique.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email