-- -- -- / -- -- --
Energies

L’ARH : «L’Algérie passera d’importateur à exportateur de dérivés pétroliers»

L’ARH : «L’Algérie passera d’importateur à exportateur de dérivés pétroliers»

Le président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), Rachid Nadil, a assuré que l’Algérie deviendra, dans les prochaines années, un pays exportateur de dérivés pétroliers, expliquant que «cet objectif sera atteint une fois le projet de la raffinerie de Hassi Messaoud réceptionné».

Le responsable, qui s’exprimait ce mercredi sur les ondes de la Chaîne 1 de la Radio nationale, a rappelé que l’Algérie dispose de cinq raffineries, en attendant l’entrée en vigueur de la raffinerie de Hassi Messaoud, laquelle mettra définitivement fin aux problèmes d’exportation et approvisionnera ainsi le pays. «Cette raffinerie, d’une capacité de production de 5 millions de tonnes, permettra de réaliser l’autosuffisance et de passer à l’exportation du surplus», a-t-il assuré, tout en rappelant l’expérience lancée dans l’exportation de carburant puis arrêtée, non pas à cause du manque de production mais plutôt à la pandémie de la Covid-19 sur le transport international. Il a, dans ce sens, affirmé que l’Algérie est en mesure d’exporter des produits pétroliers à l’étranger car elle acquiert une expérience suffisante pour cela.

Par ailleurs, et  concernant la suppression de l’essence des stations, Rachid Nadil a révélé que les résultats économiques de cette décision, prise par le ministère de l’Energie en juillet 2021, ont commencé à se voir sur le terrain. En effet, l’Algérie n’a importé aucun litre d’essence super, ce qui a permis à l’Etat d’économiser 500 000 dollars par an, en plus de réduire les coûts de transport, de stockage et d’entretien des réservoirs d’essence usagés. 

Le responsable avait récemment souligné la baisse du taux de consommation nationale de carburant de 0,6% par rapport à l’année précédente, avec la consommation de l’équivalent de 3,2 millions de tonnes d’essences et de 9,7 millions de tonnes de gasoil. Le président  de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH) a souligné l’augmentation de la consommation de carburants de toutes sortes après le retour à l’activité économique suite à la stabilité de la situation épidémiologique. 

«La consommation nationale d’essence durant le premier trimestre de l’année en cours est estimée à 800 000 tonnes, tandis que la consommation du gasoil est, quant à elle, évaluée à 4,2 millions de tonnes», a-t-il indiqué.

M. Nadil a également mis l’accent sur «l’importance de la décision d’unifier les variétés d’essence mises sur le marché dans la réduction de la facture des importations, bien que la décision de suppression de la vente de l’essence super et normal pour ne laisser que le sans-plomb vise aussi à la protection de l’environnement ». 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email