-- -- -- / -- -- --
Nationale

Rabat «blinde» ses frontières

Rabat «blinde» ses frontières

Le gouvernement de sa majesté ne sait décidément plus où donner de la tête. Après avoir claironné sur tous les toits que c’est l’Algérie qui s’obstine à refuser la réouverture des frontières terrestres fermées depuis 1994 alors que du côté marocain, avance-t-on, il n’y a aucun problème avec l’Algérie, ne voilà-t-il pas que l’exécutif de l’islamiste Benkirane s’échine à ériger des barrières avec l’Algérie au lieu d’accepter de discuter autour d’une table des questions en suspens avant la réouverture des frontières, comme demandé par l’Algérie.

En effet, dans les prochaines semaines, une nouvelle barrière de 14 km sera construite à la frontière est du royaume. Elle devrait s’ajouter à la ligne de 110 km en cours de réalisation. Au Parlement, le chef du gouvernement justifie de tels projets par les différends avec l’Algérie. C’est ce que nous apprend le site marocain yabladi.com dans un article posté hier.

Cet organe de presse nous informe par ailleurs qu’hier, à la chambre marocaine des représentants, le chef du gouvernement a justifié la construction de barrières sur la frontière est avec l’Algérie.

C’est d’ailleurs la première fois qu’il aborde publiquement ce sujet suite à la question d’un député de l’opposition au sujet des conditions économiques de plus en plus difficiles des habitants de l’est du pays.

Rappelons que les frontières avec le Maroc sont fermées depuis l’attentat terroriste qui a ciblé un hôtel à Marrakech, Rabat ayant accusé Alger d’en être l’instigatrice. Depuis, Alger fait face seule à la contrebande de carburants vers le Maroc et à la drogue qui envahit le territoire algérien.

Conséquence de cette lutte implacable des gardes-frontières algériens contre tous les trafics, il arrive que des familles marocaines vivant dans la bande frontalière se réfugient en Algérie étant donné que le régime monarchique ne prend pas en charge leur sort.

 La semaine dernière, une famille composée de douze membres résidant dans la commune rurale Ahl Angad, relevant du territoire d’Oujda, a traversé les quelques kilomètres les séparant de l’Algérie pour demander l’« asile économique », selon le site marocain Yabladi.

La course engagée par le Maroc pour blinder la région en caméras de surveillance et détecteurs de mouvements sur des centaines de kilomètres se poursuit. Rabat s’apprête d’ailleurs à construire à Jbel Osfour (province de Jerada) une nouvelle barrière de 14 km.

L’appel d’offres a déjà été lancé. Le nom du maître d’œuvre sera connu dans les prochaines semaines. En prévision de ce chantier, des éléments des forces armées royales sont en place pour retirer des mines antipersonnel, selon toujours la même source.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email