-- -- -- / -- -- --
Sports

Que tout le monde parte !

Que tout le monde parte !

Le titre du Champion d’Afrique acquis en 2014 à Alger n’a finalement pas rendu « service » à notre Equipe nationale masculine. Certains responsables l’ont vue très haut et se sont frottés les mains pensant qu’elle va réussir un très bon Mondial ici au Qatar.

Une année après, à Doha, c’est l’hécatombe, la déconvenue, la désillusion qui viennent qualifier la prestation des camarades de Slahdji et une dernière place au classement final, synonyme d’un résultat où les problèmes entre « humains » au niveau de la Fédération de handball ont de tout temps existé sans que ces derniers ne dépassent le seuil de l’entrée de l’instance fédérale. Aujourd’hui, il est facile de porter le chapeau au coach national à lui tout seul d’avoir perdu tous ses matches dans ce 24e Championnat du monde qatarien.

Le seul reproche qu’on peut mettre sur le dos de Rédha Zeguelli est le choix des joueurs. Au moment du mondial, presque une dizaine de joueurs ont été blessés dont Zamoum et Rahim qui ne se sont pas déplacés. Lorsque Zeguelli a reconquis le titre africain un soir de janvier 2014, il était le meilleur coach arabe et africain. Aujourd’hui, tout le monde le pointe du doigt car il a raté le mondial 2015.

Il n’en demeure pas moins que notre équipe nationale de handball s’est déplacée sans le président de la FAHB (retenu pour cause familiale) mais aussi sans le Directeur National Technique qui fait une déclaration dans laquelle il déclare que depuis le 31 mars 2014, il n’avait pas assisté à une séance d’entraînement des Verts ni à aucun de leurs matches amicaux et que la débâcle des Algériens est purement et seulement technique.

Il veut insinuer quoi car, aux yeux de tout le monde, il n’y a aucun problème mais finalement, ça bouille au sein de la FAHB. Des problèmes « silencieux » que l’on peut retrouver à tout bout de champ au sein de l’instance fédérale mais personne n’ose en dénoncer un seul.

Dès lors, des groupuscules se forment pour « diviser et mieux gérer ». Les plus touchés ou opprimés (c’est selon) acceptent leur sort, se taisent et une fois la débâcle consommée, ils sont les premiers à déclarer dans les journaux : « Bientôt je ferais des déclarations fracassantes ».Cela, c’est du déjà entendu mais il ne sert à rien quand le problème persiste. Le travail n’a jamais fait l’objet d’une discussion tant que les guerres intestines sont légion.

L’Algérie a quitté Doha par la petite porte en ratant complètement son mondial. Les hommes de Rédha Zeguelli n’ont pas gagné le moindre match, alignant au compteur 7 défaites en autant de matchs. Ce qui fait de l’Algérie la pire équipe de ce 24e Championnat du monde de handball. Une maigre performance qui a poussé le coach national à remettre son tablier.

« Officiellement, je suis partant après avoir fait le bilan de cette participation. Je souhaite bonne chance à l’équipe algérienne et aussi au staff qui sera à sa tête », a déclaré Zeguelli juste après la fin de la rencontre perdue devant le Chili. Triste sort pour une nation qui nous a fait rêver il y a tout juste une année à la salle Harcha. C’est dommage !

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email