-- -- -- / -- -- --
Nationale

Que cette année soit…

Que cette année soit…

La rentrée de l’année scolaire 2015-2016 est prévue le 6 septembre prochain, a annoncé hier la ministre de l’Education nationale, Nouria Bengehbrit Intervenant à la clôture de la Conférence régionale d’évaluation des résultats des examens pour les wilayas du nord et des Hauts Plateaux, Mme Benghebrit a invité tous les acteurs du secteur, notamment les enseignants et les élèves, à être au rendez-vous pour garantir le succès de cette rentrée.

 Elle a souligné, à cette occasion, l’importance des classes préparatoires dans le cycle primaire, rappelant que les écoles ayant appliqué l’enseignement préparatoire ont réalisé un taux de réussite de 90 %. La ministre a également souligné que la généralisation des classes préparatoires au niveau de tous les établissements scolaires du pays émanait du souci du ministère concernant à la « consécration des principes d’équité en faveur des élèves en matière de réussite ».

Mme Benghebrit a en outre indiqué que la prochaine rentrée scolaire sera marquée par l’élargissement de l’enseignement tamazigh à 20 wilayas, ajoutant que tous les moyens pédagogiques ont été mobilisés pour garantir cette démarche, qui s’inscrit dans le cadre de la promotion de la langue amazighe. Elle a annoncé enfin la création d’une instance de coordination entre pédagogues et administrateurs pour éviter toute interférence dans leurs missions respectives.

Lors de son passage avant-hier à la télévision nationale, elle a annoncé que les mesures concernant la réduction des journées d’examen du baccalauréat de cinq à trois jours, proposées par la Conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme de l’école, feront l’objet d’un texte à soumettre au Conseil des ministres.

La ministre a expliqué que la refonte d’un examen aussi important que le bac doit être validée par le gouvernement avant sa mise en application sur le terrain, ce qui sous-entend qu’aucun changement n’est possible dans l’immédiat.

Il reste à savoir si le texte en question sera présenté lors de la prochaine rentrée sociale et si les mesures attendues pourront être appliquées pour le bac 2015- 2016. Il est évident que si les projets de texte ne sont pas finalisés dans les quelques mois à venir, la réforme sera différée jusqu’à l’année prochaine et son application ne sera effective qu’à partir de 2017.

Il s’agit notamment de la réduction des journées d’épreuve, actuellement de cinq jours, à trois jours ainsi que la prise en compte de la fiche de synthèse dans l’évaluation des candidats qui auront à subir également des évaluations anticipées dans certaines matières dès la deuxième année secondaires pour ce qui est des matières secondaire, selon les filières.

Lors de la même émission, la ministre a voulu mettre fin à la polémique sur l’utilisation de la l’arabe dialectal proposée par deux ateliers lors de la conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme de l’école, soulignant qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un « encadrement des jeunes élèves du préscolaire et des deux premières années primaires par le biais de la langue maternelle, ce qui est couramment fait actuellement pour permettre aux enfants de mieux se préparer à l’apprentissage de la langue arabe classique qui restera la langue de l’enseignement et des manuels ».

Pour ce qui est de l’examen de fin du cycle primaire (ex-6e), il devrait être remplacé par un système d’évaluation à même de déterminer le niveau et les aptitudes de chaque élève concernant la lecture, l’écriture et le calcul, au terme de cinq années d’études.

La langue Tamazight sera enseignée dans 20 wilayas à partir de la prochaine rentrée scolaire 2015/2016 dont le coup d’envoi sera donné le 6 septembre. C’est Mme Nouria Benghabrit, la ministre de l’Education nationale qui vient de confirmer hier la décision à la chaine III de la radio nationale. La ministre de l’Education, qui s’est retrouvée au centre de tirs groupés des milieux islamo- conservateurs ces derniers jours a donc tenu parole.

En effet, en vertu d’une convention que son département a signée avec le HCE, elle s’était engagée à donner les moyens pour la promotion de Tamazight et l’élargissement de son enseignement à une vingtaine de wilayas. Pour la généralisation de l’enseignement de Tamazight, la ministre rassure que « tous les moyens pédagogiques avaient été mobilisés pour garantir la réussite de cette démarche ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email