-- -- -- / -- -- --
Nationale

Quatre détenus d’opinion comparaîtront demain devant le juge

Quatre détenus d’opinion comparaîtront demain devant le juge

Quatre détenus d’opinion (Samira Messouci, Aouissi Hocine Mustapha, Chalal Amokrane, Kichou El Hadi), vont comparaître demain devant le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger), a indiqué Me Alili Yamina, membre du collectif de défense dans un post publié sur sa page Facebook. Les prévenus sont poursuivis pour « atteinte à l’unité nationale » après avoir brandi ou vendu des drapeaux amazighs après que le général Gaïd Salah ait exigé, le 19 juin dernier, l’interdiction de tout autre drapeau que l’emblème national dans les manifestations.

A la prison d’El Harrach, il y a 42 détenus d’opinion, dont l’ancien commandant de la wilaya IV, Lakhdar Bouregaâ. La journaliste Sabrina Malek, arrêtée vendredi dernier lors de la 28e journée de mobilisation du mouvement populaire a été libérée lundi. Réagissant dans un live sur la page Facebook de RAJ, les avocats de la défense se disent étonnés de cette décision de libération de Sabrina Malek sans qu’elle soit présentée devant le procureur : « Elle a été libérée sans comparution, mais les services de la Sûreté l’ont conduite au commissariat de Cavaignac. Ils disent que c’est une formalité », a déclaré une avocate du collectif de défense. Le RCD dans un communiqué publié hier sur son site internet a fait savoir que le prolongement de la détention, sans base légale, des détenus d’opinion par une justice soumise « n’est pas de nature à rassurer sur le dénouement de la crise ».

Cela fait plus de deux mois que des innocents sont arbitrairement incarcérés », indique ce parti selon lequel « certains l’ont été pour avoir brandi un drapeau amazigh qu’aucun texte pénal ne réprime, d’autres pour avoir exprimé, simplement, une opinion politique contraire à l’humeur du moment des tenants du pouvoir de fait. Pire, tout indique que ces détenus sont pris en otage par un pouvoir décidé à promouvoir l’option du pire », dénonce le RCD qui exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion en « prononçant des non-lieu en faveur des détenus devant comparaître prochainement devant le juge instructeur pour des chefs d’inculpations préfabriqués et infondés ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email