Quand le cinéma explore les rêves d'un chantre touareg – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Quand le cinéma explore les rêves d’un chantre touareg

Quand le cinéma explore les rêves d’un chantre touareg

Le réalisateur Mohamed Zaoui a révélé avoir achevé l’écriture du scénario d’un nouveau documentaire. Ce film fiction retracera la vie du regretté artiste Othmane Bali d’une manière tout à fait inédite. Le projet, en développement depuis plusieurs mois, sera produit par l’ancien journaliste à l’ENTV Abdelkrim Sekkar.

Mohamed Zaoui affirme que le projet est soumis à la commission de lecture du ministère de la Culture et des arts, dans le but de solliciter un financement. « Si nous disposons des ressources financières nécessaires, nous pourrons mener à bien cette oeuvre », a déclaré Zaoui, en précisant que le film sera une œuvre documentaire novatrice, échappant aux conventions classiques du genre

« Le projet de film est vraiment grand », a annoncé Zaoui sur son compte officiel. Il a également précisé que « le documentaire adoptera une approche non conventionnelle pour explorer les événements réels de la vie d’Othmane Bali, notamment sa relation avec l’eau, sa beauté et sa musique, depuis ses racines jusqu’à ses branches ». Le réalisateur explorera également les questions liées aux changements climatiques, avec l’espoir de redonner au désert sa splendeur passée.

L’inspiration du documentaire vient d’un rêve que Bali avait fait un jour. « Il rêvait d’un magnifique paysage où le Tassili N’Ajjer, dans le désert algérien, était recouvert de verdure, d’arbres et d’une multitude d’animaux », a expliqué Zaoui. « Ce rêve l’a poussé à composer la célèbre chanson ‘Tahrijit’, qu’il a ensuite chantée dans de prestigieuses salles de spectacle à travers le monde. » Aujourd’hui encore, les gens comparent de fortes pluies à la « pluie de Bali » et souhaitent ardemment le retour de cette bénédiction en cas de sécheresse.

Mohamed Zaoui espère que le documentaire mettra en lumière la beauté et la diversité du Tassili N’Ajjer dans le monde entier. « Mon rêve est de voir ce film algérien voyager de Djanet à l’Amazonie, traversant la Méditerranée, l’Atlantique et la mer Rouge, et transmettant ainsi la richesse culturelle et civilisationnelle de l’Algérie », a-t-il exprimé. Il aspire à ce que ce film serve de passeport pour l’imagination, l’eau et les mélodies de l’artiste, qui ne naîtra pas deux fois.

« Dédier un documentaire à cet artiste éminent, qui a dignement représenté son peuple à l’international, revient à offrir une perspective stimulante sur l’innovation et la responsabilité de préserver la mémoire orale face aux tentatives de vol, d’effacement et de déformation de cette précieuse histoire », a souligné Zaoui. Il souhaite que « ce projet contribue à promouvoir une approche positive, intelligente et consciente de l’expression des émotions, et que ces dernières puissent rayonner à travers le langage visuel multimédia, atteignant ainsi les cœurs du monde entier ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email