Quand le baise main au Maroc exhale la moiteur de la trahison – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Op-Ed

Quand le baise main au Maroc exhale la moiteur de la trahison

Quand le baise main au Maroc exhale la moiteur de la trahison

Etouffé par une crise économique que cache, à coups de bradage à tout-va, la fuite en avant d’un régime vieilli et aux abois qui a toujours préféré la prospérité de façade, au partage équitable des richesses entre l’ensemble du peuple marocain, le Royaume chérifien peine à réfréner une agressivité qui a atteint, aujourd’hui, son apogée sous l’impulsion de parties prenantes occultes, aux visées chaotiques pour la région.

Le froid assassinat de trois camionneurs algériens en route pour la Mauritanie, le jour symbolique du 1er novembre, est venu démasquer l’étendue de la lâcheté du palais royal. Il renseigne indubitablement aussi quant à sa posture suicidaire d’un Makhzen à l’agonie.

Comment expliquer autrement cet esprit va-t’en-guerre qui ne ménage aucun acte pour envenimer la situation dans le voisinage et embraser la région ?

Le Maroc, au fur et à mesure des crises qui ont miné ses assises politiques, a perdu les attributs de l’Etat-nation pour se réduire à l’Etat-Palais, dont les intérêts étroitement et bassement compradores et mercantiles, n’ont plus rien à voir avec ceux, légitimes et honorables, du peuple marocain.

Un Maroc à deux vitesses, dont quelques niches de prospérité, chasses gardées du Palais et de prédateurs étrangers menant, dans l’opulence insolente, une vie de concupiscence que borde une misère généralisée d’un peuple hébété par la pauvreté.

Voilà, entre autres raisons, ce qui fait perdre la raison au Roi du Maroc, lui faisant enchaîner les erreurs d’appréciation et d’action se frottant, pour son malheur, à un voisin qui a donné naissance à la première armée libre du monde et à l’une des plus grandes révolutions de la modernité, longtemps tenue en exemple par les élites marocaines républicaines que son défunt père avait broyées sous la férule d’un despotisme sanglant avant que n’ait raison d’elles l’ultralibéralisme francophile.

S’assurant, d’Orient et d’Occident, des alliances complaisantes, dont les concessions au régime vieilli découlent d’opérations de bradage du pays et de renonciation répétée à la dignité politique, le Palais royal croit pouvoir se jouer impunément de la légalité internationale en continuant de nier le droit à l’autodétermination d’un peuple sahraoui libre qui vomit la monarchie, et croit pouvoir s’offrir le luxe, au plus fort de sa misère et de sa décrépitude politiques, d’être la cause d’un conflit régional majeur.

Que pense le peuple marocain de cette main royale, celle de celui qui se dit commandeur des croyants, de la voir si volontairement tendue vers les bourreaux du peuple palestinien ? Le baise main, si ancré dans la tradition monarchique alaouite, est-il toujours halal au contact de la moiteur de la trahison et de la compromission ?

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email