-- -- -- / -- -- --
Monde

Pyongyang menace de «détruire sans pitié» les auteurs du complot contre Kim Jong-un

Pyongyang menace de «détruire sans pitié» les auteurs du complot contre Kim Jong-un

Après avoir dénoncé « un complot vicieux » visant à assassiner le chef nord-coréen, Pyongyang brandit de sévères menaces à l’encontre de ses organisateurs.

Les organisateurs d’une attaque contre le président nord-coréen Kim Jong-un, subiront un sévère châtiment, a déclaré vendredi l’ambassadeur nord-coréen en Russie, Kim Hyong Jun, promettant de « détruire sans pitié » les malfaiteurs.

Selon le ministre adjoint des Affaires étrangères nord-coréen, Han Song Ryol, Pyongyang entre en « guerre antiterroriste dans le style coréen » et vise à la mener « d’une façon suivie et intensive ».

Pyongyang a accusé la semaine dernière la CIA d’avoir ourdi un complot pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-un. Selon le ministère nord-coréen de la Sécurité de l’État, la CIA et les renseignements sud-coréens ont préparé « un complot vicieux » impliquant des « substances biochimiques » pour assassiner le dirigeant nord-coréen, lors de cérémonies à Pyongyang.

La Corée du Nord a exigé à ce propos l’extradition du patron du renseignement sud-coréen, d’agents de la CIA américaine et d’un entrepreneur chinois, qu’elle accuse d’avoir fomenté un complot pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. La politique du « terrorisme d’État » adoptée par les États-Unis à l’égard de la Corée du Nord pourrait avoir des « conséquences catastrophiques » pour Washington, a déclaré l’agence de presse gouvernementale de Corée du Nord, KCNA.

À en croire le gouvernement nord-coréen, la Maison-Blanche se serait fixé pour objectif de « renforcer autant que possible la pression économique et militaire sur Pyongyang en vue d’éliminer les plus hautes autorités du pays et de provoquer un changement de régime en Corée du Nord ».

La CIA et la Maison-Blanche ont refusé de commenter les accusations émanant du Département de la sécurité d’État nord-coréen vendredi dernier. Les services de renseignement sud-coréens y ont, eux, vu une accusation « sans fondement ».

L’accusation de complot survient au moment de fortes tensions sur la péninsule coréenne, provoquées par l’intensification des essais de missiles par la Corée du Nord et par les déclarations du Président américain Donald Trump, qui se dit prêt à régler seul, et au besoin par la force, la question nord-coréenne. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email