-- -- -- / -- -- --
Nationale

Propositions de Bouteflika: Rejet populaire

Propositions de Bouteflika: Rejet populaire

La rue vient de dire encore une fois « Non ! ». Un rejet total et massif aux dernières annonces présidentielles censées servir de sortie de crise. Pour le quatrième vendredi consécutif, le peuple comme libéré de ses contradictions, de ses complexes et de ses contingences, dans toutes ses composantes et ses sensibilités, a exprimé sa principale revendication : un changement profond du système.
Une colère pacifique est en train de régner partout dans le pays. Les marches et les rassemblements deviennent de plus en plus nombreux. C’est la déferlante qui porte le même slogan, les mêmes devises, le même objectif. Et aussi les mêmes couleurs. Le mouvement citoyen des vendredis gagne en métamorphose, devient une véritable fête, spectaculaire, joyeuse et imaginative, sans jamais perdre de son style revendicatif.
La manifestation d’hier était plus qu’un message ou une réponse aux dernières propositions du président Abdelaziz Bouteflika, dont le mandat est finissant.
C’est un signe qui ne trompe pas. Mais aussi un constat flagrant. Un constat sur le grand décalage qui existe entre ceux qui exercent le pouvoir et leurs gouvernés. Certains diront que nous vivons une rupture historique entre ces deux pôles, où pratiquement il n’existe plus aucun fil de médiation, ni civile, ni politique, ni associative.
Le délicat équilibre qui maintenait ce semblant de coexistence entre le pouvoir et la société est rompu.
Car, il devient clair que cette autorité « suprême », censée être à l’écoute des pulsations de sa société, est otage de son autisme politique, de son égo de pouvoir et de ses compromis maladifs. Le pouvoir n’arrive plus à saisir les messages de son peuple. Il persiste dans son inconsistante conduite et ses traditionnelles manœuvres, en mêlant subterfuges et fuite en avant. Les piètres prestations du nouveau Premier ministre lors de sa première sortie médiatique sont là pour le démontrer. On ne convainc plus une société, longtemps cloîtrée dans l’immobilisme, et considérée comme mineure ou victime.
Une société qui a créé dans son propre univers ses codes, ses sémantiques, son jargon. Une société qui semble bien se mouvoir dans son monde, à la recherche de cet avenir, tant rêvé, de cette modernité, coloré par la justice et la liberté.
Ces millions de manifestants étaient unis par un seul cri : le rejet de tout le système, de ses propositions, de ses demi-mesures, de ses bricolages.
Des millions qui veulent faire « table rase » ! Cela était perceptible dans la nouvelle mobilisation citoyenne, qui continue d’administrer des leçons de civisme, d’organisation et de détermination. Mais le recours à une solution convaincante qui épargnerait un effondrement des institutions est plus que jamais nécessaire dans les plus brefs délais.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email