-- -- -- / -- -- --
Energies

Projet Solar : 1000 MW Engouement des investisseurs 

Projet Solar : 1000 MW  Engouement des investisseurs 
Les énergies nouvelles, une option incontournable

 Depuis le lancement de l’appel d’offres du projet de production de 1 000 mégawatts en énergie solaire, Solar 1000 MW, à la fin de décembre 2021, les opérateurs, locaux et étrangers expriment de plus en plus leur intérêt pour ce projet.

Pour l’instant, 111 entreprises mondiales spécialisées dans les énergies renouvelables ont retiré le cahier des charges pour la réalisation du projet Solar 1000 MW. Le nombre de ces entreprises devrait augmenter, d’autant que le délai de l’appel d’offres est prolongé jusqu’au 15 juin.

C’est ce qu’a affirmé le secrétaire général du ministère de la Transition énergétique, Mehmah Bouziane, qui a précisé que «ces entreprises représentent 15 pays à travers quatre continents». S’exprimant hier sur les ondes de la radio Chaîne 3, il a assuré que ce nombre est appelé à augmenter dans les prochains jours, et ce grâce au prolongement du délai de l’appel d’offres jusqu’au 15 juin. Solar 1000 MW attire en effet beaucoup d’investisseurs.

Le cahier des charges, libéré le 17 février après l’appel des experts à la nécessité de libérer le cahier des charges pour permettre aux opérateurs de soumissionner au projet, a été retiré, quelques jours après, par 80 industriels nationaux et étrangers intéressés d’investir dans ce secteur. Le ministre de la Transition énergétique avait alors affirmé que ce projet, qui constitue une première expérience pour l’Algérie, a reçu un écho «très favorable» de la part des investisseurs. 

L’Algérie veut amorcer le virage du renouvelable et les pouvoirs publics accordent beaucoup d’importance au secteur. Preuve en est le département ministériel dédié aux énergies renouvelables et à la transition énergétique, en sus de l’adoption de nouvelles dispositions réglementaires à même d’attirer les investissements étrangers. La «sacrée» règle 51/49, qui a longtemps régi les investissements étrangers, n’est plus de mise. 

Selon le SG du ministère de la Transition énergétique, l’Algérie parie sur les énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire, en tant qu’alternative à l’énergie fossile, du fait même de la fondation d’un modèle de consommation énergétique basé sur la diversification des ressources à partir du potentiel énergétique. «Ce changement, qui s’inscrit dans le programme du président de la République, sera progressivement exécuté tant la volonté politique d’aller promptement vers l’introduction des énergies renouvelables dans le système énergétique algérien est affichée», a-t-il précisé. 

Le projet de réalisation des stations d’énergie photovoltaïque (Solar 1000 MW) concerne, rappelons-le, cinq wilayas, à savoir Béchar, Ouargla, El-Oued, Touggourt et Laghouat. Cette dernière a abrité, avant-hier, les travaux de la journée d’information sur la promotion du contenu local, dans le cadre du projet «Solar 1000 MW», à laquelle ont pris part trois ministres, à savoir celui de l’Energie et des Mines, de la Transition énergétique et des Energies renouvelables et enfin le ministre de l’Industrie, ainsi que les responsables locaux, principalement les walis des cinq wilayas concernées par ce projet.

La nécessité d’augmenter le taux d’intégration au contenu local a été soulignée par le ministre de la Transition énergétique, Ziane Benattou. Celui-ci a affirmé que le projet Solar 1000 MW permettra, dans un premier temps, de produire près de 2 200 gigawattheures (GWh) d’énergie électrique par an, avec un taux de contenu local de pas moins de 30%. Il permettra également de créer jusqu’à 5 000 emplois directs et de maintenir plus de 550 millions de m3 de gaz naturel/an, soit «100 millions de dollars/an au minimum». L’intérêt qu’accordent les pouvoirs publics à ce projet a été, par ailleurs, souligné par le ministre de l’Energie, lequel a appelé les entreprises locales, publiques et privées à y participer activement. 

 

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email