Projet de coopération avec l’université agronomique des Pays-Bas : Vers la conception de serres intelligentes – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Projet de coopération avec l’université agronomique des Pays-Bas : Vers la conception de serres intelligentes

Projet de coopération avec l’université agronomique des Pays-Bas : Vers la conception de serres intelligentes

L’Ecole nationale supérieure agronomique (ENSA) a lancé un projet de coopération avec l’université agronomique de Wageningen (Pays-Bas) pour la conception de serres intelligentes destinées aux cultures maraîchères dans les zones péri-urbaines du nord du pays.

Responsable à l’ENSA, le professeur Ali Daoudi a affirmé que la production locale de ces serres intelligentes, avec l’appui technique de l’université néerlandaise et la contribution de l’ambassade des Pays-Bas en Algérie, devrait permettre d’augmenter la productivité agricole des zones urbaines sur des superficies réduites, tout en diminuant les coûts de production, soulignant qu’actuellement en Algérie, le projet et encore au stade expérimental.

« Nous avons des simulations pour la filière tomate et nous avons eu des résultats très intéressants », a-t-il fait valoir lors d’un atelier scientifique intitulé « Pour une agriculture algérienne durable », tenu à l’ENSA avant-hier.

Le niveau de production de ces serres intelligentes a atteint 40 kilos au mètre carré. « C’est pratiquement le double comparativement aux serres classiques dont le rendement moyen se situe autour de 20 kilos au mètre carré », a expliqué le professeur Daoudi.

Après la phase d’étude, un prototype de ce type de serre sera réalisé au niveau de l’ENSA en vue de le présenter aux investisseurs potentiels.

Le professeur Daoudi a toutefois souligné la nécessité de former les agriculteurs pour maîtriser cette technologie et les convaincre de sa rentabilité.

Il a également mis en exergue l’impératif d’adopter une agriculture « intelligente » pour sécuriser l’approvisionnement alimentaire des villes.

« Les zones urbaines enregistrent une forte concentration démographique et les terres agricoles se font de plus en plus rares », a-t-il fait constater, d’où l’intérêt d’introduire des nouvelles technologies qui permettraient d’assurer l’approvisionnement alimentaire des villes en produits agricoles « à moindre coût ».

Il a rappelé que l’essentiel de la production agricole provient actuellement du sud du pays, alors que la forte demande vient des villes du Nord, signalant que la chaîne logistique pour approvisionner les zones urbaines entraîne actuellement des coûts supplémentaires, sans compter l’impact environnemental du transport.

Présente à cette rencontre, la conseillère agricole au niveau de l’ambassade du royaume des Pays-Bas, Sabrina Waltmans, a évoqué, pour sa part, la coopération bilatérale entre son pays et l’Algérie « qui date depuis plusieurs décennies, notamment dans les filières lait et produits maraîchers ».

Par ailleurs, elle a souligné l’intérêt de développer la coopération entre les opérateurs privés algériens et néerlandais, notamment dans le domaine des nouveaux systèmes d’irrigation, la lutte biologique contre les fléaux agricoles et les fertilisants bio.

« Les opportunités de coopération sont immenses et nous sommes prêts à partager notre savoir-faire et nos technologies avec des partenaires algériens pour promouvoir l’agriculture durable », a-t-elle conclu.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email