Produits alimentaires : Encore la flambée – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Produits alimentaires : Encore la flambée

Produits alimentaires : Encore la flambée

Cette nouvelle année 2022 a désagréablement surpris le citoyen algérien, notamment celui ne jouissant que d’un revenu moyen. Et pour cause : les produits de consommation, même ceux classés et reconnus comme produits de première nécessité, viennent d’enregistrer une hausse des prix considérable.

A titre d’exemple, le riz, qui coûtait 100 DA le kilo en 2021, est affiché à présent à 130 DA. Les lentilles, proposées auparavant à 150 DA le kilo, sont affichées à 250 DA, soit une augmentation de 100 DA. Les pois cassés qui coûtaient 150 DA le kilo en 2021 viennent d’atteindre 190 DA en ce début du nouvel an. Le pois chiche, considéré comme légume «du pauvre» coûte à présent 330 DA le kilo alors qu’il coûtait 280 DA durant le second semestre de l’année écoulée. 

Les pâtes (macaronis et spaghettis), qui étaient proposées à 50 DA le paquet, coûtent à présent 85 DA. La boîte de tomate concentrée de marque Izdihar d’un kilo, qui coûtait 180 DA, est cédée, depuis le début de cette année, à pas moins de 250 DA. Le café coûte à présent 970 DA le kilo alors que la même quantité était proposée durant le dernier trimestre 2021 à 860 DA. Le sucre qui coûtait 85 DA coûte à présent 110 DA. 

Concernant les fruits, les légumes verts et les produits maraîchers, leurs prix sont hors de portée d’une bourse moyenne depuis déjà longtemps. A titre indicatif, la tomate, produit pourtant indispensable pour toute préparation culinaire, coûte 250 DA le kilo. Le piment et le poivron coûtent 180 DA. Les haricots verts s’affichent à 450 DA le kilo. La mandarine est proposée à 200 ou 250 DA. 

Il va sans dire que ce ne sont là que quelques produits frappés par une hausse des prix considérable. Car l’augmentation touche aussi certains articles comme le café et le tabac. Concernant justement cette boisson chaude, elle est servie dans les cafés à 40 DA la tasse alors qu’elle ne coûtait que 30 DA l’année dernière. La cigarette de marque Rym coûte 250 DA le paquet alors que son prix était de 210 DA l’année écoulée. Il convient de noter que deux cigarettes étaient cédées à 25 DA alors qu’une seule se vendait à 15 DA. A présent, certains vendeurs exigent 30 DA pour deux cigarettes. Quant à l’autorité concernée, à savoir les services du commerce de la wilaya, elle est carrément absente sur le terrain. Aussi, cette situation pousse le citoyen à s’interroger si ces augmentations sont avalisées par les pouvoirs publics ou seulement décidées par les commerçants eux-mêmes. 

Un commerçant a même déclaré au Jeune Indépendant qu’il est quasi certain que d’autres augmentations ne vont pas tarder. Des augmentations qui toucheraient les eaux minérales, les boissons gazeuses, les fromages et d’autres produits de conserve tels que le thon et la sardine. C’est pourquoi, le désespoir gagne bon nombre de pères et de mères de famille aux revenus faibles ou moyens. 

 

 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email