-- -- -- / -- -- --
Nationale

Produits agroalimentaires : Hausse vertigineuse des prix

Produits agroalimentaires : Hausse vertigineuse des prix

Les prix des produits agroalimentaires ont connu, ces dernières semaines, des augmentations vertigineuses. Des augmentations qui dépassent des fois les cinquante dinars le produit, voire des hausses de 50% et parfois atteignant le double.

Ces augmentations touchent aussi bien les produits locaux que ceux importés. En effet, lors d’une virée dans les superettes de la capitale, nous avons constaté une très forte hausse des produits, notamment ceux importés dits de « luxe « comme les fromages de type gouda, le gruyère d’origine suisse ou encore les conserves de poissons et de thon, importés généralement d’Espagne.

Des produits qui, il y a quelques mois étaient à la portée des petites bourses, ne sont plus abordés que par la classe aisée. Pour la simple raison que leurs prix ont presque doublé à l’exemple des fromages comme le gruyère qui passe de 1 200 à 2 000 dinars.

Un produit exclusivement importé. Il est aussi à signaler que la différence de prix, entre produit local et celui importé, est relativement importante : une tablette de chocolat importé est à 200 DA alors que celle produite en Algérie est plus ou moins abordable puisque proposée entre 50 et 60 DA.

Il faut signaler également que les boissons produites localement sont dans la fourchette de 50 à 120 DA, et celles importées affichent 150 DA et plus.
Malgré la grande différence de prix entre le produit importé et celui fabriqué localement, ce dernier enregistre lui aussi une hausse vu que la matière première demeure importée.

Ces augmentations rendent inéluctablement le fardeau encore plus lourd pour le consommateur algérien, qui doit subir encore une rentrée sociale des plus difficiles.

C’est ce que nous avons constaté chez les citoyens que nous avons rencontrés. Ces derniers ont exprimé leur mécontentement face à ces nouveaux prix « revus brusquement à la hausse « , à l’exemple de Mohamed, père de famille. « J’arrive difficilement à subvenir aux besoins de ma famille avec ces prix vertigineux. Même les produits de première nécessité ne sont plus à la portée des petites gens que nous sommes « , soupire-t-il, avant de s’interroger : « Jusqu’à quand va durer cette situation ? ».

Fatma, une dame venue faire ses courses aussi, manifeste son inquiétude sur ces prix qui ne cessent de grimper : « Je n’ai jamais vu une cherté pareille ; j’ai peur pour l’avenir de mes enfants ! « . Cette flambée est liée à la crise économique que traverse le pays depuis quelques temps, notamment depuis la baisse des cours du pétrole.

A rappeler que les taxes, la TVA entre autres, ont augmenté en début d’année 2017. Et même si ces augmentations sont infimes, les spéculateurs ont trouvé l’occasion d’augmenter les produits, parfois du simple au double. Le gouvernement, quant à lui, tend à rassurer les ménages, en prenant des mesures exceptionnelles pour faire face à cette situation, c’est-à-dire en recourant au financement non conventionnel.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email