-- -- -- / -- -- --
Nationale

Procès Sadi-Mira: Le procureur requiert la confirmation de la peine

Procès Sadi-Mira: Le procureur requiert la confirmation de la peine

Le procureur général près la cour d’Alger a requis avant-hier la confirmation du premier jugement prononcé par le président du tribunal correctionnel d’Hussein Dey dans le procès en diffamation opposant l’ancien président du parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Saïd Sadi, à Smaïl Mira.

Le mis en cause, Smaïl Mira, a été, rappelons-le condamné à une amende de 200 000 dinars de dommages et intérêts. Ce dernier est poursuivi en diffamation pour avoir déclaré en avril dernier, à certains quotidiens nationaux et à une chaîne de télévision, que le défunt père de Saïd Sadi, Amar Oumeziane, était un harki condamné à mort par l’ALN en 1959.

Dans la plainte déposée contre le quotidien national Mon Journal, la famille Sadi affirme que la mémoire de feu Sadi Amar Oumeziane, décédé il y a vingt longues années, a été souillée par les propos calomnieux de Smaïl Mira, tels que rapportés par la presse nationale et Internet.

La famille Sadi estime que ces déclarations, dépourvues de tout fondement, sont d’une gravité telle qu’elle a dû porter plainte devant le procureur de la République près le tribunal d’Hussein Dey, afin que les auteurs de cette « honteuse campagne de dénigrement » répondent de leurs actes devant la justice. L’ancien patron du RCD a également déclaré que l’image de son défunt père a été salie suite à ces déclarations calomnieuses.

Il convient de signaler que le procès s’est déroulé en l’absence du premier responsable du quotidien Mon Journal en l’occurrence Hicham Abboud. L’affaire est mise en examen pour la semaine prochaine par le président de la 8e chambre pénale pres la cour d’appel d’Alger, M. Tayeb Hellali.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email